Passer au contenu principal

focus

L'actualité incontournable des Normes internationales
Par |

Que vous vous sentiez fatigué, épuisé ou que vous ayez simplement besoin d’un léger soin du visage, il existe un spa médical à même de vous satisfaire. Mais comment s’assurer de la sécurité des soins prodigués ? Deux experts analysent la croissance de ce secteur, qui pèse plus de mille milliards de dollars, et expliquent pourquoi la norme ISO relative aux spas médicaux est un outil précieux qui contribue non seulement à garantir la prospérité et la capacité d’innovation du secteur, mais aussi à assurer la qualité.

Il y a quelques années et tout récemment encore, les spas proposaient systématiquement des services de manucure, de pédicure et de massage – beaucoup de massages : massage suédois, massage sportif, massage thérapeutique, massage ayurvédique d’inspiration orientale, massage aux pierres chaudes, la liste est longue. Chaque hôtel ou centre de villégiature qui se targuait d’offrir des services de luxe disposait d’un spa, et les clients s’y rendaient en foule pour se faire huiler, masser, choyer et envelopper dans des serviettes moelleuses. Le spa était l’endroit idéal pour faire une pause, se détendre et se relaxer.

Puis le secteur a évolué et, avec lui, l’éventail des thérapies et des traitements proposés. L’accent a été mis davantage sur le bien-être et la santé. Il s’agissait désormais de ne plus se limiter aux massages, aux soins du visage et aux enveloppements et d’envisager l’adoption d’une approche plus holistique privilégiant le traitement du corps dans son ensemble. Ainsi, à côté des esthéticiennes et des physiothérapeutes ont pris place des experts médicaux chargés de contrôler l’état de santé et de proposer des moyens de l’améliorer ou de le préserver. Le spa médical était né.

Young man receiving a facial treatment in a health beauty spa.

Approche holistique

Lorsqu’on évoque les spas médicaux et les traitements cliniques, on pense spontanément à des pays comme la Suisse. Le Grand Resort Bad Ragaz, situé sur les contreforts des Alpes près de Zurich, est un bon exemple d’une entreprise qui a bâti son succès sur les eaux thermales. Il a depuis évolué avec son temps et est considéré comme l’une des principales stations thermales dans le domaine du bien-être et des soins médicaux en Europe. Sur son site Web, le responsable des soins médicaux au sein de cet établissement, Teo Albarano, le confirme : « la prévention tient une place de plus en plus grande dans toute approche de la santé, et la fusion des bilans médicaux et du bien-être est donc logique ».

Un autre lieu de villégiature pour célébrités, la clinique Mayr en Autriche, qui a acquis une renommée mondiale en matière de traitement des problèmes liés à l’intestin, « a adopté une approche holistique qui associe désormais traitement médical, nutrition, exercice et sensibilisation ». Ses clients ont l’assurance de mieux prendre conscience de leur corps et de bénéficier ainsi « d’un meilleur équilibre et d’une meilleure santé ».

Selon le 2018 Global Wellness Economy Monitor – un rapport de recherche du Global Wellness Institute, qui fournit des données détaillées sur le secteur –, nous sommes de plus en plus nombreux à associer soins corporels et traitements médicaux personnalisés. Selon cet institut, le bien-être est désormais un secteur d’activité mondial d’une valeur de USD 4 200 milliards. De plus, l’American Med Spa Association (AmSpa), dans un document de 2019 intitulé Medical Spa State of the Industry Report, déclare que le secteur connaît non seulement un développement rapide, mais aussi « une évolution qui en fait l’une des branches d’activité les plus dynamiques du pays ». Dans ce rapport, il est aussi indiqué qu’un spa médical rapporte en moyenne USD 1 million par an.

À l’ère numérique, qui correspond à ce qu’on appelle la Quatrième révolution industrielle, la technologie est aussi un élément moteur du secteur. D’après l’AmSpa, « la technologie joue un rôle déterminant dans le développement actuel des spas médicaux », car elle a contribué à rendre les avancées accomplies en matière de traitements non invasifs tels que le Botox plus abordables et plus largement disponibles. Comme le dit l’AmSpa, « tant que la technologie permettra aux gens d’effacer les marques du temps de manière simple et (relativement) indolore, il y aura un marché ».

Trouver la tranquillité d’esprit

Alors que notre monde est de plus en plus interconnecté et que nous optons pour des modes de vie plus sains, le secteur des spas médicaux semble devoir poursuivre sa croissance rapide. Selon le Medical Spa Market Size, Share & Trends Analysis Report élaboré par la société de conseil aux entreprises Grand View Research, le marché mondial du spa médical devrait « atteindre une valeur de USD 33,9 milliards d’ici à 2026, pour un taux de croissance annuel composé de 13,8 %. En outre, « la multiplication des options en matière de traitement esthétique devrait être l’un des principaux facteurs de croissance ».

Pour le touriste avisé de l’ère numérique, se prélasser sur une chaise longue après un massage relaxant ne suffit plus. De nos jours, rester en bonne santé ne signifie pas simplement ne pas être malade, mais fait référence à une manière plus générale d’appréhender l’existence. João Pinto Barbosa, qui a plus de 20 ans d’expérience dans le secteur des stations thermales en Europe et en Amérique du Sud, évoque « un état où la santé mentale, la santé physique et la santé émotionnelle sont en harmonie. Cela concerne non seulement la population âgée, mais aussi les jeunes générations et se manifeste par une série de choix comprenant le bien-être en entreprise, les soins personnalisés, une alimentation saine, l’exercice physique, les voyages et séjours et la santé mentale ».

Cependant, tous les spas, médicaux ou autres – et quel que soit le traitement –, promettent la tranquillité d’esprit et se veulent des endroits où faire disparaître les rides aussi bien que les soucis de la vie moderne. Mais si l’on envisage d’accéder au monde des spas médicaux pour la première fois, comment être sûr que le traitement souhaité – qu’il s’agisse de chirurgie plastique, d’élimination de varices, d’épilation au laser ou même du traitement d’un problème de santé plus grave – sera administré par un personnel médical dûment qualifié, susceptible d’assurer cette tranquillité d’esprit ? Dans ce secteur en plein essor, comment instaurer la confiance et garantir la sécurité ?

Turkish baths in Jermyn Street, London, circa 1800.

 

De nos jours, rester en bonne santé ne signifie pas simplement ne pas être malade, mais d’appréhender l’existence d’une manière plus générale.

Le rôle clé de la norme ISO 

A physical therapist lowers a senior female patient into the pool using a spa lift.

M. Barbosa estime qu’ISO 21426, Tourisme et services connexes – Spas médicaux – Exigences de service, joue un rôle clé dans la dissipation des incertitudes des consommateurs en donnant une définition claire des spas médicaux. Il a exercé les fonctions de responsable marketing et de chef du comité exécutif au sein de l’European Spas Association (ESPA), qui représente plus de 1 400 spas médicaux et stations thermales, et a en outre été le représentant de l’ESPA auprès du groupe de travail de l’ISO pour les spas médicaux.

M. Barbosa est un grand défenseur de la norme : « Avant ISO 21426 (et aussi ISO 17679, Tourisme et services connexes – Spa de bien-être – Exigences de services), il existait de nombreuses – en fait trop nombreuses – définitions du spa en Europe et ailleurs. Désormais, grâce à ISO 21426, les consommateurs savent exactement de quoi il s’agit et quels services fournit un spa médical. »

M. Barbosa ajoute que, dans un secteur en plein essor et à croissance rapide, ISO 21426 a apporté plus de transparence et assuré une concurrence plus équitable. Les spas médicaux qui satisfont aux exigences de la norme présentent plusieurs avantages, dont une réduction des coûts due à l’amélioration des processus ainsi que des prestations plus fiables et de meilleure qualité. « C’est une grande avancée pour les spas désireux d’obtenir la confiance et la préférence des consommateurs. Je suis presque certain que l’amélioration de la qualité découlant de l’application d’ISO 21426 permettra aux établissements disposant de spas médicaux de bénéficier d’une augmentation du nombre de clients satisfaits, d’une réussite économique renforcée et d’une réputation internationale grandissante. »

M. Barbosa souligne le fait qu’en période d’incertitude, le grand défi pour les spas médicaux est de faire mieux connaître leurs nombreux avantages, que ce soit dans le cadre d’un processus de guérison, d’une démarche préventive ou de programmes de bien-être. La norme ISO 21426 contribue à conforter le message selon lequel tout cela améliore la qualité de vie et le bien-être de la population.

Covered swimming pool at a spa in Vienna, Austria.

La confiance des consommateurs

Maricruz Cádiz, Responsable technique de l’Institut espagnol pour la qualité touristique (ICTE), un organisme de certification des systèmes de qualité en Espagne, a également supervisé le projet d’ISO 21426 pour les spas médicaux. Elle aussi insiste sur la confiance des consommateurs inhérente à la norme. Comme elle le dit, ISO 21426 « précise les exigences relatives à la prestation de services dans les spas médicaux, définis comme des établissements de santé légalement reconnus, placés sous surveillance médicale et bénéficiant d’eaux minérales aux propriétés bienfaisantes et d’autres ressources naturelles spécifiques telles que les gaz ou les péloïdes utilisés dans les soins thérapeutiques ».

Comme le souligne Mme Cádiz, depuis les Grecs anciens jusqu’à notre époque, on a cherché à tirer profit des propriétés bienfaisantes des eaux minérales médicinales. De nos jours, poursuit-elle, l’intérêt porté par la population dans son ensemble à la santé et au bien-être ainsi que la nécessité de se libérer des multiples obligations de la vie quotidienne ont suscité une attention particulière pour les services visant à favoriser le bien-être, dont certains sont fondés sur des soins hydrothermaux.

Cependant, en matière de propriétés médicinales, toutes les eaux ne se valent pas. D’après Mme Cádiz, outre l’effet relaxant, seules les eaux possédant des propriétés minérales médicinales ont fait preuve d’efficacité pour la prévention et le traitement de certaines maladies. Les eaux carboniques, par exemple, stimulent l’appétit et favorisent le bon fonctionnement du système circulatoire ; et les eaux bicarbonatées sont recommandées pour les troubles du système digestif. « On peut en déduire qu’il importe de valoriser les bienfaits des eaux minérales médicinales utilisées dans les spas médicaux et, en même temps, de formuler les exigences pour la prestation de services de qualité. C’est la raison d’être de la norme ISO 21426 relative aux spas médicaux. »

Comme le précise Mme Cádiz, en plus des exigences relatives à l’évaluation et au contrôle des propriétés des ressources naturelles utilisées dans les soins thérapeutiques, ISO 21426 définit les exigences concernant la prestation de services propres aux spas médicaux, les installations et équipements, la maintenance, l’hygiène et le nettoyage de même que les profils et qualifications du personnel chargé d’assurer les soins thérapeutiques.

Malgré l’essor de ce secteur du marché du bien-être à l’échelle mondiale – ou même grâce à lui –, tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes. M. Barbosa évoque certains des risques. En Europe, par exemple, les spas médicaux sont sous-utilisés et, dans certains pays, souffrent d’un manque de reconnaissance de la part des autorités sanitaires, des caisses de maladie et des médecins. Selon M. Barbosa, « c’est pourquoi il importe que le secteur des spas médicaux sensibilise les citoyens et les dirigeants européens au fait que ce secteur est non seulement un élément crucial du système de santé, mais aussi un facteur déterminant de l’activité économique aux niveaux local et régional ».

Risques et possibilités

Un autre risque majeur pour ce secteur est la concurrence déloyale des soi-disant services de spa, qui peuvent nuire et porter atteinte à la réputation globale du secteur des véritables spas médicaux. « Comme je l’ai déjà mentionné », ajoute M. Barbosa, « c’est la raison pour laquelle les normes ISO relatives aussi bien aux spas médicaux qu’aux spas de bien-être sont si importantes pour conforter l’idée que les consommateurs se font d’un établissement thermal authentique et officiellement reconnu. »

Mme Cádiz est d’accord et précise qu’ISO 21426 offre la possibilité de différencier et de valoriser les effets bénéfiques des eaux minérales médicinales pour la prévention et le traitement de certaines maladies. Elle considère la norme comme « un outil de choix pour adapter le service, l’infrastructure et l’équipement des spas médicaux aux attentes des clients actuels » – des clients de mieux en mieux informés et de plus en plus exigeants, qui, en plus des bienfaits du traitement, recherchent également la qualité et le soin du détail dans le service fourni.

Et qu’est-ce que ces deux experts ont appris au sujet de ce secteur en plein essor et de la norme ISO 21426 ? Pour M. Barbosa, l’un des plus grands défis à relever au sein de l’ESPA a été de représenter 20 pays qui tous ont des réglementations, des modèles commerciaux et des points de vue différents en ce qui concerne le marché des spas médicaux. C’est pourquoi, d’après lui, maintenant qu’ISO 21426 est devenue une réalité après tant d’années de travail, « l’enseignement le plus utile qu’on peut en tirer est qu’en Europe, il est possible de s’accorder sur une vision et un cadre juridique communs à propos des principaux aspects du secteur ». Selon Mme Cádiz, « dans un monde où la recherche du bien-être revêt une actualité particulière, cette norme est un moyen de rendre les spas médicaux accessibles à tous et d’en promouvoir les bienfaits ».

Comme le souligne M. Barbosa, cette tendance actuelle est là pour durer et s’accentuera encore. « Étant donné la nature des services fournis par la plupart des spas médicaux, cette approche globale fondée sur une bonne hygiène de vie est une excellente occasion de garder une longueur d’avance et d’anticiper les besoins futurs de la société. » Pour que le secteur des spas médicaux puisse tirer profit de cette tendance et répondre aux attentes des consommateurs, il importe de tenir compte de trois facteurs stratégiques clés : la santé, l’innovation et la qualité.

Instructor leading students in a yoga class.
ISOfocus Juillet/Août 2020

Bien-être

Dans ce numéro sur le bien-être, vous trouverez de bons conseils santé, des explications quant à l’intérêt des normes relatives au sport et au vélo électrique, des articles sur les spas médicaux et la thalassothérapie, ainsi qu’une foule de renseignements sur l'extraordinaire dynamisme de l’industrie …

Informations associées

  • Le vélo, c’est la vie !
    Jamais la santé et le bien-être n’ont eu autant d’importance pour nous tous. Dans notre vie de tous les jours, les déplacements occupent une grande place et sont un bon moyen d’augmenter notre activité …
  • Aller plus loin avec les applications mobiles
    Tout le monde connaît l’adage « mieux vaut prévenir que guérir », et avec l’essor des applications mobiles et leurs fonctionnalités toujours plus sophistiquées, il est aujourd’hui plus facile d’être en …
  • ISO/TC 228
    Rendez-vous sur le propre site Web du comité.
  • ODD 3
    Bonne santé et bien-être
    Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge

Normes

Comités

Default ISOfocus
Elizabeth Gasiorowski-Denis
Rédactrice en chef d'ISOfocus

+41 22 749 03 25

Suivez l'actualité de l'ISO

Inscrivez-vous à notre Newsletter (en anglais) pour suivre nos actualités, points de vue et informations sur nos produits.