Passer au contenu principal

focus

L'actualité incontournable des Normes internationales
Par |

Après de longs mois d’hiver, rien de mieux pour entretenir sa forme que de profiter de la chaleur estivale pour sortir et bouger. Mais attention, l’été est aussi une période propice aux blessures occasionnées par les sports de plein air. Voici comment le comité technique de l’ISO pour les sports et autres activités de loisirs vous aide à rester actif au soleil en toute sécurité.

Pour beaucoup, l’été est synonyme de congés et de plus de possibilités de loisirs. Non seulement vous pouvez enfin vous accorder cette pause tant attendue, mais aussi profiter du grand air et vous amuser tout en améliorant votre santé. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le manque d’exercice physique est l’un des principaux facteurs de risque de maladies comme les cardiopathies, le cancer et le diabète. Ses conclusions révèlent par ailleurs que 25 % des adultes ne font pas assez d’exercice, et ce chiffre grimpe à 80 % chez les adolescents.

Des études ont montré les effets bénéfiques d’une activité de plein air régulière sur la santé. Toujours selon l’OMS, les bienfaits de l’activité physique l’emportent de loin sur les risques potentiels d’accident ou de blessure. L’exercice physique redonne de l’énergie et permet notamment d’améliorer la condition musculaire et cardiorespiratoire, de renforcer les os et de réguler le poids. La santé du cerveau s’améliore également avec l’exercice. En 2018, une étude publiée dans la revue médicale britannique The Lancet et menée sur plus de 1,2 million d’Américains a révélé que l’exercice physique améliorait notablement la santé mentale et réduisait en conséquence les dépenses de traitement de 12 % à 22 %.

L’arrivée des beaux jours est le moment idéal pour faire le point sur les normes de sécurité qui vous permettent de pratiquer avec encore plus de plaisir vos sports favoris, tout en prévenant les blessures graves. Au niveau international, ces normes sont élaborées par le comité technique ISO/TC 83, Matériel et équipements de sports et autres activités de loisirs, qui définit les exigences de sécurité de base pour les installations et équipements sportifs et de protection. Avec le retour de l’été et des statistiques qui nous encouragent à sortir et à faire de l’exercice, il est bon de savoir que l’ISO veille sur nous.

Little boy playing on children's games at the local public park.

L’exercice physique améliore notablement la santé mentale.

Entretenir sa forme dans les parcs

Né en Chine il y a plusieurs siècles, le tai-chi-chuan est une activité physique particulièrement adaptée pour renouer avec le sport de plein air. Cet art martial, qui peut également faire l’objet de compétitions, consiste, pour la plupart des gens, à effectuer des mouvements lents et extrêmement précis qui aident à se concentrer sur la respiration, la méditation et l’équilibre.

Group of Asian seniors practicing Tai Chi in the park.

Selon l’Association chinoise de Wushu, le tai-chi-chuan requiert peu de place. Comme l’explique l’un des membres de l’équipe dirigeant l’association, « l’idéal pour sa pratique est de choisir un bel environnement extérieur, à l’air frais, en accord avec le concept de « nature et d’harmonie » prôné par les principes du tai-chi-chuan ».

Des études toujours plus nombreuses suggèrent que le tai-chi-chuan peut aider chacun, indépendamment de son âge et de sa condition physique, à gagner en souplesse et à renforcer son système nerveux, mais aussi son système immunitaire, digestif ou cardiovasculaire. Il participe également à prévenir et à soulager les symptômes liés à la dépression, à la maladie d’Alzheimer et à la maladie de Parkinson, et sa pratique est souvent associée à la rééducation sportive et à la récupération après une opération chirurgicale.

Si vous recherchez plus dans le tai-chi-chuan que des étirements et de la relaxation, alors initiez-vous au maniement des épées ! L’Association chinoise de Wushu a participé aux travaux de l’ISO/TC 83, sous-comité SC 6, Arts martiaux, pour l’élaboration d’ISO 20740, une norme relative à l’épée de tai-chi-chuan qui sert à la pratique de cette discipline en tant qu’art martial. Les spécifications relatives aux matériaux utilisés et aux dimensions de la poignée, de la lame et de la garde permettent de garantir une plus grande sécurité d’utilisation et une qualité constante du produit pour toute personne souhaitant aller au-delà des exercices de tai chi à mains nues. Toutefois, n’oubliez pas qu’il vous faudra d’abord maîtriser les bases du tai chi.

Les tenues de tai-chi-chuan font elles aussi l’objet d’une norme ISO. Conçue à l’intention des fabricants, ISO 20739 spécifie les classifications, les exigences et les méthodes d’essai concernant les tenues utilisées dans la pratique du tai-chi-chuan. Selon l’Association de Wushu, « les tenues sont fabriquées selon le style traditionnel chinois et sont obligatoires lors de représentations ou de compétitions officielles. Elles incarnent le respect des personnes pour le tai-chi-chuan et leur reconnaissance de notre culture ».

Underwater view of a little boy immersed in bubbles after a jump in the pool.

En avant pour le grand bain

Mais délaissons les parcs pour la baignade. Pour bon nombre d’entre nous, en effet, les vacances sont synonymes d’activités aquatiques. Désormais, pour assurer la sécurité au bord des piscines, des systèmes de vision par ordinateur sont disponibles et fréquemment installés dans les piscines publiques ou les bassins de plus de 150 m2. ISO 20380, Piscines publiques – Systèmes de vision par ordinateur pour la détection de noyades en piscines – Exigences de sécurité et méthodes d’essai, couvre les exigences de sécurité et les méthodes mises en œuvre pour scruter en permanence les bassins, détecter mathématiquement une masse solide au fond de la piscine et déclencher une alarme afin de gagner un temps précieux.

Le comité technique ISO/TC 83 a élaboré cette norme pour aider les surveillants de baignade à prévenir les noyades et les accidents dans les piscines publiques. « Nos études ont montré que du fait de certaines conceptions architecturales, de problèmes d’organisation ou d’effectifs limités, les sauveteurs ne suffisent pas toujours à eux seuls à prévenir les noyades accidentelles », déplore Joanna Laurent, membre du comité. Mais attention, même avec l’aide d’un système de vision par ordinateur, la vigilance des maîtres-nageurs qualifiés reste vitale, tout comme celle des parents. « Ce système ne doit être utilisé que par des personnes expérimentées et dûment formées et ne peut constituer la seule précaution prise en matière de sécurité », précise-t-elle.

« Il ressort des données disponibles que des noyades se produisent malgré la présence de surveillants de baignade ; il est donc essentiel que les nageurs aient suivi des cours adaptés et que les parents soient toujours sur place pour surveiller leurs enfants. Aucun système n’est parfait et il sera toujours indispensable de renforcer la sécurité par tous les moyens possibles. »

Flotter en toute sécurité

La natation sera toujours un temps fort des jeux et exercices d’été en plein air, pour autant que la sécurité soit présente en permanence dans l’esprit de tous. Ces dernières années, de nouvelles structures gonflables ont rencontré un succès grandissant, séduisant par leurs formes, leurs modèles et leurs fonctions qui ne se limitent plus à celles de simples gilets de sauvetage ou de pataugeoires. Toutes ces structures conçues pour s’amuser toujours plus dans l’eau ou sur l’eau peuvent néanmoins présenter un risque accru d’accidents ou de noyades.

Pour ces « articles de loisirs flottants à utiliser sur ou dans l’eau », l’ISO a élaboré une norme spécifique en sept parties, ISO 25649, qui définit les exigences de sécurité relatives à la conception, l’utilisation, la stabilité et la capacité de charge. « Il est important que nous étudiions un article gonflable fait pour l’eau et que nous fassions un examen très approfondi pour déceler tous les risques potentiels qui y sont associés », explique Enrico Ticozzi, l’un des experts de l’ISO/TC 83.

« Une analyse des risques nous permet de nous assurer que chaque article est fabriqué selon des normes techniques strictes afin que les utilisateurs aient la certitude que le produit qu’ils utilisent – qu’il s’agisse d’un brassard gonflable pour leur enfant, d’un lama gonflable à chevaucher ou d’un canoë – ne présente aucun danger. »

Afin de garantir que la structure gonflable réponde à ces exigences ISO, les normes sont imprimées sur l’emballage du produit et sur le produit lui-même. « Elles sont très visibles. Elles peuvent nuire au graphisme de certains des modèles, mais il est impossible de ne pas les voir. Il est fortement déconseillé d’acheter des structures gonflables auprès de vendeurs occasionnels sur la plage ; mieux vaut les acheter chez des revendeurs professionnels ou sur Internet pour obtenir la qualité et la conformité requises par l’ISO », conseille M. Ticozzi.

 

La natation sera toujours un temps fort des jeux et exercices d’été en plein air, pour autant que la sécurité soit présente en permanence dans l’esprit de tous.

Man and woman riding on stand-up paddle boards.

Des études ont montré les effets bénéfiques d’une activité de plein air régulière sur la santé.

Un équipement de premier ordre

Si la perspective de chevaucher un lama flottant géant ne vous enthousiasme pas outre mesure, le kitesurf est peut-être le sport d’été qu’il vous faut. Ce sport nautique extrême combine le surf, la planche à voile et le parapente. Il consiste à naviguer sur l’eau au moyen d’une planche aérotractée par un grand cerf-volant, ou « aile », contrôlé à la main. Le kitesurf est un sport relativement nouveau qui a gagné en popularité après la première compétition organisée à Hawaï en 1998 et qui devrait faire ses débuts officiels aux Jeux olympiques de Paris en 2024.

Close shot of man kitesurfing on a lake.

Or, comme pour toute nouvelle discipline, l’essor rapide du kitesurf a aussi engendré de nouveaux dangers et des centaines de personnes ont été victimes d’accidents imputables à des équipements défectueux et à des systèmes de sécurité laissant à désirer. L’ISO/TC 83 a publié ISO 21853, Kite – Système de sécurité – Exigences de sécurité et méthodes d’essai, afin de définir les exigences minimales pour un système de sécurité qui réduit progressivement la force de traction de l’aile ainsi que pour un système de désolidarisation rapide (Quick-Release) qui détache instantanément l’utilisateur de son aile.

Jörgen Vogt de la Global Kitesports Association a fait partie de l’équipe qui a élaboré cette norme. Selon lui, « le kitesurf est un sport très excitant, mais il est encore considéré comme un sport extrême en raison des risques associés à la vitesse, à l’eau et à la variabilité des conditions météorologiques. Et bien que l’équipement moderne de kitesurf soit très sûr à utiliser quand on a appris à s’en servir, les ailes peuvent développer d’énormes puissances qui, si elles ne sont pas gérées correctement, peuvent créer des situations très périlleuses. »

S’inscrire à un cours avec un instructeur pleinement qualifié est la meilleure façon de commencer, recommande M. Vogt. Les kitesurfeurs débutants doivent être formés aux systèmes de sécurité et aux bonnes techniques. Ils devraient notamment commencer par apprendre à faire voler un petit cerf-volant sur la terre ferme. « Associé à une bonne formation initiale, le kitesurf est un sport qui peut être pratiqué par des hommes, des femmes, des enfants et des personnes handicapées. En peu de temps, n’importe qui peut apprendre à faire du kitesurf en toute sécurité et vivre une expérience de plein air revigorante. »

Il existe de nombreuses alternatives pour profiter du grand air et se faire plaisir tout au long de l’été. Si vous êtes toujours à la recherche d’idées pour faire de l’exercice en toute sécurité tout en s’amusant, l’ISO propose également des normes sur les machines de cardio-training, les sacs de couchage et les raquettes de tennis.

Et lorsque l’été touchera à sa fin, nous pourrons nous tourner vers les sports d’hiver et profiter, là encore, des travaux vigilants de l’ISO. Ainsi, si vous cherchez à garder la forme en toute saison, vous trouverez toujours une activité sûre et ludique adaptée à vos envies.

ISOfocus Juillet/Août 2020

Bien-être

Dans ce numéro sur le bien-être, vous trouverez de bons conseils santé, des explications quant à l’intérêt des normes relatives au sport et au vélo électrique, des articles sur les spas médicaux et la thalassothérapie, ainsi qu’une foule de renseignements sur l'extraordinaire dynamisme de l’industrie …

Informations associées

  • Les vertus curatives de la mer
    La Tunisie est la deuxième destination mondiale pour la thalassothérapie après la France. Comment s’est-elle hissée à cette place ? La réponse réside dans la mise en œuvre d’ISO 17680, qui lui a permis …
  • De grands espoirs pour le tourisme médical
    Le tourisme médical connaît une croissance saine : rien que l’an dernier, près de 250 000 patients ont voyagé à l’étranger pour un traitement ou une intervention. Des soins dentaires à la chirurgie esthétique …
  • ODD 3
    Bonne santé et bien-être
    Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge

Normes

Comités

  • ISO/TC 83
    Matériel et équipements de sports et autres activités de loisirs
Default ISOfocus
Elizabeth Gasiorowski-Denis
Rédactrice en chef d'ISOfocus

+41 22 749 03 25

Suivez l'actualité de l'ISO

Inscrivez-vous à notre Newsletter (en anglais) pour suivre nos actualités, points de vue et informations sur nos produits.