Si vous passez vos journées assis devant votre ordinateur et que vous n’êtes amené à vous dégourdir les jambes que lors de votre pause-café, la sécurité n’est sans doute pas votre préoccupation première. Pourtant, dans le cadre de leur emploi, des millions de travailleurs partout dans le monde sont exposés à des environnements extrêmement risqués où être attaché à la sécurité est une question de vie ou de mort.

L’industrie manufacturière représente une part importante et diversifiée des emplois. C’est aussi l’un des secteurs où l’on recense le plus grand nombre de traumatismes et de décès sur le lieu de travail. Que peuvent donc faire les responsables d’un organisme pour y remédier ? Des études montrent que 99 % de l’ensemble des accidents sont évitables. Ainsi, créer un environnement de travail visant l’objectif « zéro accident » n’a rien d’un artifice, et cette démarche impose à la direction de mobiliser et de stimuler ses effectifs pour promouvoir la sécurité.

Mike Denison de l’EEF, une association professionnelle représentant 20 000 entreprises du secteur de l’ingénierie et de la fabrication, considère que la santé et la sécurité devraient être des priorités absolues pour toute personne intervenant dans le secteur manufacturier. ISOfocus s’est entretenu avec M. Denison pour en savoir plus sur l’impact potentiel de la nouvelle norme relative à la santé et la sécurité au travail sur le secteur manufacturier et découvrir comment elle aidera à veiller à la santé et la sécurité des travailleurs ainsi qu’à assurer un résultat plus sain. Voici son point de vue.

ISOfocus : Quels sont les risques pour la santé et la sécurité au travail spécifiquement liés au secteur manufacturier ? Et en quoi ISO 45001 aidera-t-elle à gérer ces risques ?
Photo : EEF
Mike Denison
Mike Denison de l’EEF.

Mike Denison : L’industrie manufacturière présente un profil de risque diversifié. Outre les risques traditionnels associés, entre autres, aux déplacements de véhicules ou à la manutention, ce secteur doit faire face à deux autres types de risque importants, à savoir ceux liés aux machines et aux problèmes d’ergonomie au sens large, comme les mouvements répétitifs. Dans son paragraphe sur l’identification des dangers, ISO 45001 invite les entreprises à s’intéresser aux dangers découlant de « la conception des lieux de travail, des processus, des installations, des machines/équipements, des procédures de travail et de l’organisation du travail, y compris leur adaptation aux besoins et aux aptitudes des travailleurs concernés ». Cette démarche, combinée à l’exigence visant à prendre en compte « l’organisation du travail, les facteurs sociaux (y compris la charge de travail, les heures de travail, la maltraitance, le harcèlement et l’intimidation), le leadership et la culture de l’organisme », devrait inciter les entreprises à examiner de façon approfondie ces questions.

Dans le secteur manufacturier, les activités de maintenance sont souvent à l’origine de problèmes car, comme dans de nombreux secteurs, « la production est reine ». Cette situation peut inciter à faire des économies et prendre des risques pour redémarrer la production et la rendre opérationnelle, et se traduit souvent par un recours aux intervenants extérieurs. ISO 45001 invite les entreprises à identifier les dangers que posent « les activités et situations inhabituelles ». Par ailleurs, le paragraphe relatif à l’« Acquisition de biens et services » (qui inclut un sous-paragraphe sur les « Intervenants extérieurs ») devrait aussi aider à orienter les choses dans la bonne direction.

En outre, le paragraphe sur le « Pilotage du changement » est particulièrement opportun. Alors que l’industrie manufacturière moderne innove et évolue vers des domaines tels que les robots collaboratifs et les nanotechnologies, celui-ci pousse les entreprises à tenir compte des répercussions des nouveaux produits, services et processus pour garder le contrôle de leurs risques.

Pourquoi la publication d’ISO 45001 est-elle selon vous si importante ?

ISO 45001, première norme sur le management de la santé et de la sécurité au travail approuvée au niveau international, appréhende la santé et la sécurité dans une perspective mondiale. Désormais, la certification à la norme offrira une reconnaissance internationale de la position de votre entreprise en matière de gestion des risques. Le potentiel d’amélioration des conditions de travail et de soutien aux entreprises pour qu’elles deviennent plus responsables est considérable, ce qui favorise la croissance et la compétitivité.

Dans le monde, les questions de santé et de sécurité rencontrent de nombreux obstacles et plus de deux millions de travailleurs décèdent chaque année des suites de blessures ou de maladies liées au travail. Cette situation n’est évidemment pas acceptable. ISO 45001 peut jouer un rôle pour faire baisser ce chiffre car elle place la santé et la sécurité au cœur de la stratégie d’entreprise et fera généralement évoluer la manière dont nous appréhendons le bien-être au travail.

La nouvelle norme suscitera également des échanges sur l’impact des activités et le risque pour l’entreprise, et sur une conduite des affaires respectueuse de la morale et de l’éthique. Avec la mise en place d’un référentiel international, il est probable qu’un nombre croissant d’­entreprises se sentiront encouragées à prendre des mesures en faveur d’un système de management de la santé et de la sécurité au travail.

Que signifie-t-elle pour les entreprises et les responsables SSCE ?

Chez EEF, nous utilisons une approche similaire de la gestion des questions de santé, sécurité, climat et environnement (SSCE). La publication d’ISO 45001 aligne les exigences en matière de santé et de sécurité sur d’autres normes ISO fondamentales, comme ISO 9001 (management de la qualité), ISO 14001 (management environnemental) et ISO/IEC 27001 (sécurité de l’information), lesquelles ont toutes été révisées pour intégrer une nouvelle approche du management.

Cette nouvelle série de normes simplifie la manière de gérer une entreprise et ses risques. Toutes les normes utilisent le cadre de management du risque de niveau supérieur de l’Annexe SL – laquelle fournit une structure commune qui facilite l’intégration de plusieurs systèmes de management dans la stratégie commerciale d’une entreprise afin d’en accroître l’efficience et l’efficacité.

Les normes de management ISO suivent le cycle « Planifier-­Réaliser-Vérifier-Agir » que la plupart des entreprises et des responsables SSCE connaissent déjà. Cependant, les versions les plus récentes aident les responsables SSCE à relever l’un des principaux défis auxquels ils sont confrontés – obtenir le soutien de leur hiérarchie – car elles exigent l’implication (« leadership ») de la haute direction, consistant en une appropriation et la manifestation d’un engagement en faveur de la santé et de la sécurité au travail. ISO 45001 met l’accent sur une stratégie en matière de santé au travail et comment celle-ci doit être reliée à la stratégie d’ensemble de l’entreprise et au contexte dans lequel elle intervient.

ISO 45001 veillera aussi à ce que les entreprises reconnaissent et acceptent l’importance de l’implication et de la consultation des travailleurs pour améliorer les conditions de travail grâce à une participation accrue des effectifs.

Quel sera l’impact de son adoption sur les PME ?

La majorité des entreprises dans le monde sont des petites et moyennes entreprises (PME). ISO 45001 a été élaborée en tenant compte de cette situation, même si la norme est aussi applicable à des entreprises plus importantes et complexes. L’approche de la norme s’appuie sur un modèle fondé sur le risque identique à celui précédemment utilisé pour la norme OHSAS 18001. Les fondamentaux devraient donc être familiers.

L’EEF encouragera les PME à considérer ISO 45001 comme une opportunité. Un système certifié ISO 45001 apportera une reconnaissance mondiale de leur approche du management du risque, attestant ainsi des références morales et éthiques de l’entreprise dans son ensemble et lui conférant un avantage compétitif dans la course aux contrats internationaux.

Pour les utilisateurs de l’OHSAS 18001, la migration à ISO 45001 sera-t-elle facile ?

En raison des nombreuses similitudes entre ISO 45001 et l’OHSAS 18001, la migration à ISO 45001 devrait se faire sans trop de peine pour les entreprises déjà certifiées OHSAS 18001.

De surcroît, grâce à son approche de haut niveau, il sera facile pour les entreprises de l’intégrer à d’autres normes telles qu’ISO 9001 et ISO 14001, comme indiqué plus haut. Toutes les entreprises devraient en profiter, en particulier les plus petites qui rencontrent des difficultés en matière de gestion de la conformité à plusieurs normes.