Passer au contenu principal

Cet article appartient à nos archives. 

Par |
Avec le Mondial de l’Automobile de Paris 2014, qui a ouvert ses portes le week-end dernier, des milliers de passionnés sont sidérés par les avancées qu’ils découvrent dans le domaine de l’électronique automobile.

L’idée de la voiture connectée n’est pourtant pas nouvelle. Des progrès de la téléphonie mobile aux récepteurs GPS, la voiture connectée doit son « fonctionnement intelligent » à la télématique, qui allie l’informatique et l’électronique.

Dans la voiture connectée, deux mondes se rejoignent : celui des entreprises, qui souhaitent investir dans des produits perfectionnés pour gagner en efficacité, et celui des consommateurs, qui cherchent le moyen le plus simple de combiner tous leurs gadgets. Grâce à la nouvelle norme en plusieurs parties que publie l’ISO, le secteur des systèmes intelligents de transport (SIT) pourra étendre davantage l’utilisation de la télématique à des domaines qui auront des effets immédiats sur l’industrie.

Mais comment cela se traduira-t-il sur les routes ? Nous avons demandé à Bob Williams, l’un des chefs de projet qui a travaillé sur ISO 15638, de nous dire ce qu’il pense de la nouvelle norme, et ce que cela implique pour l’avenir de la télématique.

En quoi la série ISO 15638 appuie-t-elle la télématique ?

La norme ISO 15638 propose un cadre pour les « Applications télématiques collaboratives pour véhicules de fret commercial réglementé » (TARV) fondé sur le même type de communications sécurisées que les systèmes intelligents de transport coopératifs (C-SIT), au sens où elles sont harmonisées et interopérables. Cette technologie présente plusieurs avantages : elle peut utiliser la technologie de la téléphonie mobile 2G/3G qui équipe déjà les systèmes de gestion de flotte, mais aussi la technologie 5.8 GHz actuellement utilisée dans les systèmes électroniques de télépéages, et peut également migrer à des communications LTE/4G ou utiliser la nouvelle technologie 5.9 GHz spécifiquement élaborée pour les C-SIT.

Pourriez-vous nous donner quelques exemples d’application de cette technologie dans le monde ?

Des systèmes de contrôle d’accès et de gestion des flottes sont utilisés ou commencent à être utilisés partout dans le monde. Ces systèmes ne répondent pas à des besoins futurs, mais à des besoins actuels, et ils sont déjà mis en œuvre.

En Australie, par exemple, vous trouvez des carnets de bord électroniques pour les conducteurs. Ces carnets contrôlent l’itinéraire et la vitesse, et utilisent des équipements dynamiques pour mesurer l’usure de la chaussée générée par les poids lourds.

En Europe, les systèmes d’enregistrement de vitesse à distance, de pesage dynamique et d’aide au stationnement ont le vent en poupe, tandis qu’au Japon, aux USA, en Corée et au Canada, tout tourne autour de la gestion des agents mobiles (driver management) et des contrôles aux frontières.

Pourquoi les développements dans le domaine de la télématique sont-ils si importants pour l’économie mondiale ?

Les économies modernes sont de plus en plus tributaires de la rapidité et de l’efficacité du fret, et font face à un enjeu crucial : le volume croissant de marchandises transportées.

La recherche de l’efficience et de l’efficacité pousse à passer à des véhicules, des tracteurs routiers et des remorques de plus grandes capacités. Si ces véhicules peuvent accroître de beaucoup l’efficacité économique, l’ensemble des parties prenantes comprend et accepte la nécessité de mettre en place un cadre de contrôle plus stricte.

En quoi les normes ISO peuvent-elles être utiles ?

Avec les normes ISO, le fret commercial pourra utiliser les technologies de communication sans fil actuelles. Ainsi, les véhicules de fret commercial seront utilisés de façon plus efficiente, sécurisée et contrôlée, ce qui contribuera à un meilleur fonctionnement de l’économie mondiale.

Quelles sont vos prévisions pour l’avenir ?

Cela fait plus de dix ans maintenant que les comités techniques travaillent d’arrache-pied pour permettre aux véhicules de communiquer efficacement entre eux et avec les infrastructures, et concevoir des systèmes qui empêchent les collisions – c’est tout l’objet du C-SIT. Un grand nombre de ces systèmes commence à être mis en œuvre, mais dans bien des cas, la technologie n’est pas encore assez ancrée pour que l’on puisse encore profiter pleinement de ces systèmes.


Informations associées

Contact

Default ISOfocus
Elizabeth Gasiorowski-Denis

+41 22 749 03 25

Normes


Default News
Press contact
Sandrine Tranchard

+41 22 749 03 11

Suivez l'actualité de l'ISO

Inscrivez-vous à notre Newsletter (en anglais) pour suivre nos actualités, points de vue et informations sur nos produits.