Passer au contenu principal

Cet article appartient à nos archives. 

Par |
La consommation d'alcool est, dans la plupart des cas, synonyme de convivialité. Mais en cas d'excès, elle peut être dangereuse. Un producteur de boissons alcoolisées peut-il être socialement responsable ? Pernod Ricard le pense visiblement. Non seulement le Groupe y est très attaché, mais il a aussi mis en jeu sa réputation et son image de marque.

La consommation nocive d’alcool entraîne chaque année 2,5 millions de décès selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Ce sont en effet quelque 320 000 jeunes âgés de 15 à 29 ans qui meurent de causes liées à l’alcool, soit 9 % de la mortalité totale pour ce groupe d’âge.

93%
pilotent au moins une initiative en faveur de la consommation responsable

Pernod Ricard, co-leader mondial dans la fabrication de vins et de spiritueux, est une entreprise consciente du rôle qu’elle a à jouer dans la responsabilisation en matière de consommation d’alcool. ISOfocus a interrogé André Hémard, VP Corporate Social Responsibility du Groupe, sur l’engagement de Pernod Ricard dans une démarche responsabilité sociétale (SR) qui encourage une consommation d’alcool responsable. Il nous explique comment la norme ISO 26000 éclaire le Groupe dans son approche et sa conviction qu’il n’y a pas de performances économiques durables sans une responsabilité sociétale d’entreprise.


ISOfocus : Présent dans 80 pays ayant des cultures et des approches différentes en matière de consommation d’alcool, comment arrivez-vous à mettre en place une politique de responsabilité sociétale Groupe ?

André Hémard, Vice-président RSE du Groupe Pernod Ricard

André Hémard : Pour Pernod Ricard, « responsabilité sociétale » rime avec développement durable en ce qu’elle cherche à concilier efficacité économique, équité sociale et préservation de l’environnement dans une logique d’amélioration continue. Faisant souvent office de précurseur dans ce domaine, le Groupe a grandi dans le respect des Hommes et des cultures et a toujours inscrit sa vision dans la durée. Historiquement, la culture d’entreprise de Pernod Ricard a constamment démontré un niveau élevé de responsabilité sociétale, à commencer par la mise en place, en 1938, d’un actionnariat salarié chez Ricard.

Nous avons deux priorités majeures. La première concerne la consommation responsable et, dans ce domaine, Pernod Ricard entend notamment se montrer exemplaire sur les questions d’alcool au volant et d’éducation. La seconde vise à limiter notre impact sur l’environnement avec un programme en cinq points comprenant le management environnemental, l’agriculture durable, les consommations d’eau, les consommations d’énergie/émissions de CO2 et l’écoconception des emballages.

En 2010, nous avons lancé un plan de formation mondial des 18 000 collaborateurs du Groupe sur la responsabilité sociétale englobant les concepts de développement durable et de RS, les enjeux RS pour Pernod Ricard et l’axe de la stratégie RS. Un module e-learning d’une quarantaine de minutes a ensuite été lancé en avril 2011 pour valider et approfondir les acquis des collaborateurs. En mai 2011, plus de 15 000 collaborateurs avaient déjà été formés.


Quelles sont les parties prenantes avec qui le dialogue est le plus difficile ?

Les filiales sont très impliquées auprès des communautés locales, notamment autour des sites où nous sommes implantés, et le dialogue avec la majorité des parties prenantes ne pose pas de difficultés particulières. Une catégorie d’acteurs reste cependant plus problématique. Il s’agit des associations anti-alcool qui rechignent aujourd’hui encore à dialoguer avec les producteurs de boissons alcoolisées. Quoi qu’il en soit, nous essayons en permanence de tisser des relations de confiance fondées sur une éthique forte et sur la transparence.

La mise en œuvre de la norme vous a-t-elle fait prendre conscience de certains risques qui étaient jusque-là mis de côté ? Quels défis avez-vous rencontrés ?


Nous avons adapté ISO 26000 pour intégrer la dimension de la consommation responsable.

La mise en place de la norme nous a effectivement permis de mieux formaliser notre stratégie RS et d’implanter des initiatives pour, par exemple, mieux appréhender les attentes de l’ensemble de nos parties prenantes. ISO 26000 s’est révélé être un excellent outil pour couvrir toutes les dimensions de la responsabilité sociétale du Groupe et affiner progressivement nos actions et initiatives.

Notre activité est sensible et nous avons adapté la norme ISO 26000 pour intégrer la dimension essentielle de la consommation responsable de nos produits. Le dialogue avec les parties prenantes dans plus de 70 pays ne permet pas de faire une synthèse globale. Il nous faut donc avoir une vision RS mondiale suffisamment flexible pour intégrer les problématiques et les enjeux locaux spécifiques.


Comment ISO 26000 s’inscrit-elle dans votre modèle d’entreprise et votre stratégie de gestion ?

Le projet d’envergure « Agility », lancé en 2009, était destiné à actualiser le modèle d’entreprise et à améliorer la performance du Groupe. La Direction du Groupe avait d’ores et déjà décidé que la responsabilité sociétale de l’entreprise formerait l’un des six axes de cette démarche interne, de sorte que, de 2009 à fin 2010, une grande réflexion a été menée sur ces sujets. La norme ISO 26000 est venue alimenter ce travail. Des entretiens en interne et en externe avec nos principales parties prenantes ont généré des recommandations sur la politique RS de Pernod Ricard.

80%
des sites de production industrielle sont certifiés ISO 14001 et ISO 9001

(Année : 2009)

Depuis la création du Groupe, nos dirigeants ont été très largement impliqués dans la démarche de responsabilité sociétale, en intégrant par exemple des critères RS dans les objectifs annuels des Directeurs et membres des comités de direction de chaque filiale.


Comment avez-vous mis en place les principes d’ISO 26000 ? Quels enseignements tirez-vous de cette opération ?

Nous avons intégré progressivement les principes d’ISO 26000 à partir de 2010, notamment dans notre plateforme stratégique RS et dans notre rapport annuel. En outre, Pernod Ricard a été choisie comme entreprise pilote pour l’application de la norme française expérimentale XP X30-027, Développement durable – Responsabilité sociétale – Rendre crédible une démarche de responsabilité sociétale basée sur l’ISO 26000 (voir p. 47). Cette norme nous a permis d’évaluer la crédibilité de notre démarche RS au regard d’ISO 26000 et d’améliorer ainsi la stratégie et l’action de l’entreprise.

En 2006, diffusion du pictogramme « Zéro alcool pendant la grossesse » dans l’ensemble des pays européens.

Établi par des consultants externes, le rapport de crédibilité mettait en lumière nos lacunes. L’un des axes d’amélioration identifiés concernait une meilleure prise en compte des attentes des parties prenantes. C’est ainsi qu’en 2012, Pernod Ricard a développé un projet aidant les filiales à identifier l’ensemble de ses parties prenantes, à les cartographier, à faciliter le dialogue avec elles et à intégrer leurs attentes dans sa stratégie RS.

Pour ce faire, le Groupe a créé des outils et des guides, assortis d’une formation. Testés par quatre pays pilotes en 2013, ils seront revus et améliorés en vue d’un déploiement plus large en 2014.

Au nombre de ses initiatives, Pernod Ricard compte la journée « Responsib’All Day » qui en est maintenant à sa troisième édition. Cette manifestation annuelle mobilise l’ensemble des collaborateurs et déploie cinq mesures sur cinq ans en vue de freiner la consommation excessive ou inappropriée d’alcool :

  • Diminuer la consommation d’alcool chez les mineurs
  • Renforcer et étendre les codes de pratique de marketing
  • Communiquer avec les consommateurs et développer des produits responsables
  • Réduire l’alcool au volant
  • Obtenir le soutien des détaillants dans la réduction de la consommation abusive d’alcool


L’application de la norme a-t-elle un impact sur votre image ? Comment le mesurez-vous ?

83%
sont formés aux questions de RS

Les scores obtenus dans une enquête d’opinion auprès de l’ensemble des salariés ainsi que la progression constante des notes octroyées par les agences de notation extra-financières montre que l’impact a été positif. La responsabilité sociétale est un des points forts du Groupe, tout comme l’engagement de ses 18 000 collaborateurs.


Quels conseils donneriez-vous aux entreprises intéressées par la responsabilité sociétale ?

Suivez les principes d’ISO 26000 en les adaptant à votre secteur d’activité et aux capacités de votre entreprise. Il s’agit d’être ambitieux tout en étant réaliste.


Et aujourd’hui, qu’attendez-vous des Normes internationales ?

Les normes ISO doivent continuer sur leur lancée et permettre aux entreprises d’améliorer leurs activités en continu afin de créer une valeur ajoutée sur le long terme… sans toutefois être trop contraignantes !



Default News
Press contact
Sandrine Tranchard

+41 22 749 03 11

Suivez l'actualité de l'ISO

Inscrivez-vous à notre Newsletter (en anglais) pour suivre nos actualités, points de vue et informations sur nos produits.