Passer au contenu principal
Par |

L’eau est l’une des armes les plus efficaces pour lutter contre le changement climatique. Sans elle, nous ne pourrions compter ni sur les zones humides ni sur les mangroves ou les tourbières, autant de remparts naturels contre les inondations et l’érosion qui permettent également de piéger les émissions de CO2. Chacun d’entre nous peut contribuer à gérer plus judicieusement cette précieuse ressource et ainsi soutenir la Journée mondiale de l’eau. Voici cinq façons d’agir face au changement climatique :

1. Évaluer votre empreinte eau

Connaître l’impact réel sur l’environnement de l’utilisation que fait une organisation de l’eau est un premier pas pour en limiter les effets. ISO 14046, Management environnemental – Empreinte eau – Principes, exigences et lignes directrices, est la toute première méthode convenue à l’échelon international pour déterminer comment gérer efficacement l’eau. Cette norme couvre chaque aspect, de la quantité, de la qualité et de l’emplacement de l’eau utilisée à la dégradation de l’eau imputable à l’occupation des sols ou à d’autres activités. ISO 14046 aide également les organisations à identifier des moyens de limiter les possibles effets sur l’eau associés aux produits à différentes étapes de leur cycle de vie, ainsi que des processus pour gérer plus efficacement cette ressource. Il en résulte non seulement des données fiables qui peuvent être utilisées partout dans le monde pour établir des rapports environnementaux, mais aussi une méthode assurant une amélioration continue.

2. Gérer efficacement l’eau

Le changement climatique, la croissance démographique et les processus industriels et agricoles très gourmands en eau pèsent fortement sur l’approvisionnement en eau. Nous n’avons donc d’autre choix que de gérer plus efficacement l’eau dont nous disposons.

Selon les Nations Unies, en l’espace d’un siècle, notre consommation d’eau à l’échelon mondial a augmenté deux fois plus vite que le taux de croissance démographique. En conséquence, d’ici à 2030, les pénuries d’eau pourraient déplacer jusqu’à sept cents millions de personnes.

Les systèmes de management pour une utilisation optimale de l’eau visent en premier lieu à déterminer où, comment et en quelle quantité nous l’utilisons, mais aussi à mettre en place des stratégies efficaces pour réduire notre consommation d’eau et économiser au maximum cette ressource.

ISO 46001, Systèmes de management de l’utilisation efficiente de l’eau – Exigences et recommandations d’utilisation, aide les organisations de tous types et de toutes tailles à optimiser leur utilisation de l’eau. Cette norme s’appuie sur un cadre et des lignes directrices clairs, et fournit des méthodes et des outils d’évaluation et de prise en compte de l’utilisation de l’eau. Elle permet également d’identifier et de mettre en œuvre des mesures visant à optimiser sa consommation.

COVID-19 : Protégez-vous

L’hygiène des mains est essentielle pour endiguer la propagation du COVID-19 et nombre de maladies infectieuses. À l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, mais aussi chaque jour, pensez à vous laver régulièrement les mains. Vous trouverez davantage d’informations sur les recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé pour l’hygiène des mains ici.

Hands of a woman washing her hands in a bathroom sink.

3. Réutiliser les eaux usées pour l’irrigation

Le secteur agricole est particulièrement gourmand en eau, or pour faire face à l’accroissement de la population, nous utilisons toujours plus d’eau pour l’irrigation des cultures. La réutilisation des eaux usées est un moyen efficace d’atténuer la pression sur des réserves limitées et d’améliorer l’empreinte eau d’une organisation. C’est également une planche de salut pour des communautés agricoles confrontées à des pénuries d’eau.

Les eaux usées traitées peuvent être utilisées pour bonifier les terres, soutenir la croissance agricole et diminuer les coûts liés à la fertilisation. Une utilisation productive des eaux usées traitées sur le plan environnemental peut également prévenir les dommages écologiques sur les sources d’eau.

ISO 16075, Lignes directrices pour l’utilisation des eaux usées traitées en irrigation, est un outil essentiel pour le secteur agricole. Cette norme en quatre parties fournit des lignes directrices pour l’élaboration et la mise en œuvre d’un projet d’utilisation des eaux usées traitées, y compris concernant la conception, les matériaux, la construction et la performance. ISO 16075 couvre un large éventail de questions liées notamment à la qualité de l’eau, aux types de cultures concernées, aux risques associés et aux principaux éléments nécessaires (par exemple, réseaux de tuyaux et réservoirs).

Les différentes parties de la norme sont en cours de révision pour renforcer l’efficacité et la pertinence de ces lignes directrices pour le secteur agricole. Les nouvelles éditions devraient être publiées dans le courant de l’année.

4. Apporter des solutions en l’absence d’égouts

Bon nombre de personnes dans le monde disposent uniquement de systèmes d’assainissement sommaires avec latrines et toilettes extérieures. Les systèmes autonomes, où les eaux usées sont traitées sur place, sans passer par des réseaux d’égouts collectifs, peuvent être une solution hygiénique peu coûteuse lorsqu’ils sont mis en œuvre correctement avec un assainissement sûr. Pourtant, trop souvent, ces systèmes sont mal conçus ou inexistants et finissent par dégrader la flore et polluer les rivières, cours d’eau et mers environnants.

ISO 24521, Activités relatives aux services de l’eau potable et des eaux usées – Lignes directrices pour la gestion sur site des services d’eaux usées domestiques de base, propose des lignes directrices pratiques pour la gestion et la maintenance de ces services et permet la mise en place d’installations d’assainissement plus hygiéniques, et donc une amélioration de la santé des personnes et de l’environnement.

5. Tirer parti des eaux usées

En complément d’ISO 24521, il existe désormais des technologies innovantes, à la fois propres et respectueuses de l’environnement, permettant non seulement de traiter les excréments humains, mais aussi de les transformer en ressources utiles, afin notamment d’en extraire de l’eau potable. ISO 31800Unités de traitement des boues de vidange – Unités préfabriquées et autonomes en énergie de récupération de ressources à l’échelle locale – Exigences de sécurité et de performance, établit les exigences et les méthodes d’essai permettant d’assurer les performances et la sécurité d’unités capables de desservir jusqu’à cent mille personnes. Élaborée par un comité d’experts ISO en partenariat avec la Fondation Bill et Melinda Gates, cette norme devrait être publiée dans le courant de l’année.

Informations associées

Contact

Clare Naden
Clare Naden

+41 22 749 0474

Normes


Press Contact


Journaliste, blogueur ou rédacteur ?

Vous souhaitez obtenir des informations exclusives sur les normes, ou simplement en savoir plus sur ce que nous faisons ? Contactez notre équipe ou consultez notre dossier médias.

Suivez l'actualité de l'ISO

Inscrivez-vous à notre Newsletter (en anglais) pour suivre nos actualités, points de vue et informations sur nos produits.