Si l’eau recouvre 70 % de la surface de la terre, l’eau douce ne représente qu’une fraction et l’eau potable disponible est répartie de façon inégale sur notre planète. Celle-ci peut être polluée ou faire l’objet de tensions, ce qui signifie que plusieurs milliards de personnes n’ont pas accès à une eau propre au quotidien. Autre conséquence de la situation actuelle, 4,5 milliards de personnes n’ont pas accès à des services d’assainissement gérés de façon sûre, notamment dans les zones rurales.

Célébrée chaque année le 22 mars, la Journée mondiale de l’eau met en lumière l’importance de l’eau douce. Le thème retenu cette année, « Ne laisser personne de côté », reprend la promesse centrale du Programme 2030 de permettre à tous d’accéder aux progrès réalisés grâce au développement durable. Ce programme, feuille de route de l’ONU pour transformer notre monde à l’horizon 2030, intègre un Objectif de développement durable spécifiquement consacré à la question de l’eau – ODD 6. L’ISO a élaboré plus de 1 400 normes relatives à l’eau, et chacune reflète les meilleures pratiques dans un certain nombre de secteurs, liés notamment à la qualité de l’eau, à l’alimentation en eau, aux systèmes d’assainissement et de gestion des eaux pluviales, ou aux infrastructures. Ainsi, une nouvelle norme sur la réutilisation de l’eau pourrait avoir un impact positif vis-à-vis de la rareté de l’eau.

Au cours du siècle passé, l’augmentation de la consommation d’eau à l’échelon mondial a été deux fois plus forte que l’accroissement de la population mondiale. Aujourd’hui, la pénurie d’eau dans les zones arides de la planète pèse lourdement sur les zones urbaines où réside près de 55 % de la population mondiale (ONU). Le comité technique ISO/TC 282 sur le recyclage des eaux, par le biais de son sous-comité SC 2, Recyclage des eaux dans les zones urbaines, s’emploie à remédier à la crise des pénuries d’eau dans les villes. Il a ainsi élaboré ISO 20760-1, une nouvelle Norme internationale qui fournit des lignes directrices pour l’utilisation de l’eau recyclée afin de satisfaire les besoins en eau et de diminuer la forte pression exercée sur les zones urbaines.

Infographie: Journée Mondiale de l'eau 2019

Comme l’explique Maya Ishikawa, Secrétaire du comité technique, « en proposant des lignes directrices pour la planification et la conception d’applications et de systèmes centralisés de réutilisation de l’eau dans les zones urbaines ainsi que des méthodes et outils pour évaluer le risque et la performance des systèmes de réutilisation de l’eau, les normes de l’ISO/TC 282 seront essentielles pour un recyclage efficace de l’eau et pour aider les régions confrontées à des pénuries d’eau. En outre, par le bais de deux de ses sous-comités, les travaux de l’ISO/TC 282 portent également sur les systèmes de réutilisation de l’eau à des fins d’irrigation et de recyclage des eaux industrielles ».

La norme ISO 30500 relative aux systèmes d’assainissement autonomes est elle aussi appelée à jouer un rôle important dans la réalisation de l’ODD 6. En effet, selon les estimations, 1,8 milliard de personnes dans le monde utilisent des sources d’eau potable contaminées par des matières fécales, non sans conséquences négatives en termes de propagation de maladies, de malnutrition, de pauvreté et de décès de jeunes enfants. En proposant des exigences de base pour la conception de systèmes autonomes de traitement de matières de vidange et les essais, ISO 30500 aidera à répondre aux besoins sanitaires de nombreuses communautés partout dans le monde.

Ensemble, ces deux normes favoriseront la durabilité sur les plans économique, social et environnemental.

Thème de la Journée mondiale de l’eau 2019 : Ne laisser personne de côté