L’absence d’installations sanitaires adéquates et d’accès à l’eau potable est le quotidien d’un trop grand nombre de personnes dans le monde. Chaque jour, elles sont exposées à des maladies potentiellement mortelles, sans oublier les femmes et les filles obligées de s’aventurer dans des zones potentiellement dangereuses pour satisfaire leurs besoins naturels et qui sont de ce fait exposées à des situations à risque. En mars 2013, les Nations Unies ont lancé un appel mondial pour mettre fin à la défécation en plein air à l’horizon 2025 et fait de « l’accès de tous à des services d’assainissement et d’hygiène adéquats » la cible de l’un des 17 Objectifs de développement durable (ODD) du Programme 2030.

Pour y parvenir, une nouvelle technologie prometteuse a vu le jour, avec le développement de systèmes autonomes d’assainissement permettant de traiter en toute sécurité les déchets sans qu’il soit besoin de les connecter à un réseau d’égout classique.

De nouvelles lignes directrices internationales à l’appui de cette technologie contribueront à porter la filière à un niveau supérieur en établissant des exigences de sécurité et de performance qui permettront non seulement de fabriquer ces systèmes de façon efficace, mais aussi de développer le secteur dans son ensemble.

La norme ISO 30500, Systèmes d’assainissement autonomes – Unités de traitement intégrées préfabriquées – Exigences générales de performance et de sécurité pour la conception et les essais, est très attendue du secteur qui produit ce type de systèmes et des pays qui en ont besoin.

Les résidus traités par les systèmes répondant aux exigences d’ISO 30500 ne contiendront ni bactéries, ni virus ni aucun autre agent pathogène dangereux, ce qui contribuera à protéger les personnes comme les ressources utiles, telles que l’eau potable, de foyers à l’origine de maladies potentiellement mortelles.

Pour Doulaye Koné, Président du comité de projet de l’ISO qui a élaboré la norme, ISO 30500 permettra de démontrer aux fabricants, aux pouvoirs publics, aux organismes de réglementation et aux utilisateurs finals de systèmes d’assainissement autonomes que ceux-ci sont sûrs, fiables et de bonne qualité. Des toilettes encore améliorées pourront ainsi être installées dans des zones où des infrastructures telles que des réseaux d’adduction d’eau, de tout-à-l’égout et d’électricité ne sont tout simplement pas envisageables.

« ISO 30500 a été élaborée par un large éventail d’experts de plus d’une trentaine de pays, notamment des représentants du secteur qui développe ces technologies et des gouvernements de pays où l’on en a besoin » a-t-il précisé.

« Les fabricants ont fait savoir que cette norme est un outil très attendu pour encourager l’innovation et permettre que leurs produits soient mis sur le marché plus rapidement, et de nombreux gouvernements estiment qu’elle est pertinente et peut servir de base pour les politiques publiques. »

Selon Lansana Gagny Sakho, Directeur général de l’Office National de l’Assainissement du Sénégal (l’ONAS), le Sénégal prévoit d’adopter ISO 30500 et ISO 24521, Activités relatives aux services de l’eau potable et des eaux usées — Lignes directrices pour la gestion sur site des services d’eaux usées domestiques de base, dans le cadre d’une politique visant à confier au secteur privé l’exploitation de l’assainissement autonome.

« Cette nouvelle norme nous permettra d’accélérer la professionnalisation des acteurs du secteur privé impliqués dans cette formidable révolution de l’assainissement autonome au Sénégal », a-t-il expliqué. « L’adoption prochaine au Sénégal des normes ISO 24521 et ISO 30500 apportera un soutien à la réalisation des ODD. »

Attawut Kumkrong, Directeur, Innovation ouverte et gestion des partenariats, chez SCG Chemicals, une importante société pétrochimique thaïlandaise, explique pour sa part qu’« ISO 30500 peut être considérée comme un outil ou une orientation pour trouver des technologies éprouvées auprès des instituts de recherche et investir dans celles-ci pour les développer et lancer la production de solutions d’assainissement autonomes sans réseau en vue de leur commercialisation. La normalisation dans ce domaine permet en outre une concurrence loyale sur le marché avec la production de solutions sanitaires offrant le même niveau de qualité, et in fine une meilleure qualité de vie. »

ISO 30500 a été élaborée par le comité de projet ISO/PC 305, Systèmes d’assainissement autonomes durables, dont le secrétariat est conjointement assuré par l’ANSI, membre de l’ISO pour les États-Unis, et l’ASN, membre de l’ISO pour le Sénégal.

La norme ISO 30500 est disponible auprès du membre de l’ISO dans votre pays ou sur l’ISO Store.


1) United Nations World Health Organization: Billions around the world lack safe water, proper sanitation facilities, reveals UN report