Passer au contenu principal
Par |

À l’occasion du Smart City Expo World Congress qui s’est tenu à la Fira de Barcelona, divers experts se sont exprimés dans le cadre du Forum mondial sur les villes intelligentes (WSCF 2017). Selon eux, le développement de solutions centrées sur les personnes et offrant une réelle valeur ajoutée sera la clé de la réussite future des villes intelligentes.

En ouverture du Forum, le Secrétaire d’État espagnol chargé de la société de l’information et de la stratégie numérique, José María Lassalle Ruiz, a souligné l’importance des besoins des citoyens, qui doivent être placés au cœur du développement urbain à venir.

« Certaines personnes estiment que les données et les algorithmes contrôleront bientôt le monde moderne, mais il faut avant tout s’en servir pour lutter contre les inégalités et la pauvreté qui touchent nos villes. Aujourd’hui, nous devons consacrer tous nos efforts à la réconciliation de l’homme avec son environnement », a-t-il déclaré. Selon lui, « c’est à notre génération que revient la responsabilité d’agir pour que le progrès technologique serve des objectifs à long terme, pour le bien de tous. Si révolution numérique il doit y avoir, cette dernière doit être sociale et éthique, pour que les citoyens tirent parti des données et des algorithmes, et non l’inverse. »

Le sujet du développement urbain centré sur le citoyen a été abordé par bien d’autres participants et intervenants lors de cette journée. Il a notamment été question d’utilisation éthique de l’empreinte numérique des individus dans le but d’améliorer leur quotidien : systèmes de transports publics plus intelligents, gestion plus efficace de l’énergie, etc. 

Cette idée a aussi été mise en avant par Paulius Kulikauskas, Directeur par intérim du Bureau pour l’Europe et les institutions européennes de l’ONU-Habitat. À ses yeux, une urbanisation adéquate et bien menée constitue un véritable moteur du développement durable. M. Kulikauskas s’est également réjoui de voir que le développement urbain est désormais au cœur de la plupart des discussions majeures, ce qui prouve que cette question touche quasiment tous les aspects de la vie moderne.

« Il y a encore dix ou vingt ans, peu d’acteurs participaient aux discussions sur les problèmes urbains et l’urbanisation dans le cadre des Nations Unies. L’ONU-Habitat semblait parfois isolée. La donne a considérablement changé ces cinq ou six dernières années, et désormais, toutes les institutions sont impliquées. » Selon lui, les migrations ou encore la santé sont des sujets qui touchent nos villes, et si vous abordez la question de la mobilité, là encore vous devrez tenir compte des villes. « Les parties prenantes prennent désormais part aux discussions, et nous nous en réjouissons. » 

En outre, M. Kulikauskas estime que la technologie et les normes font partie des outils qui permettent au secteur privé et à la société civile de travailler main dans la main afin de surmonter les défis et de déterminer le potentiel des villes.

Andrew Collinge, Directeur adjoint, Renseignements et analyse, au sein de l’Autorité du Grand Londres, partage ce point de vue et a profité de l’occasion pour évoquer la mesure et l’amélioration de la qualité de l’air dans la capitale britannique. Il a insisté sur le fait que les normes peuvent contribuer à l’équilibre des besoins des villes et des citoyens, en plus de favoriser la collaboration avec les groupes industriels.

Le rôle des normes à l’appui de la collaboration et du partage des ressources a également été mis en avant. Marijn Fraanje, Directeur de l’information de la municipalité de La Haye, a pour sa part évoqué l’impact désastreux des cyber-attaques sur l’industrie du transport maritime mondial. Il a ainsi fait référence à un projet mené aux Pays-Bas, dans le cadre duquel les cinq plus grandes villes du pays se sont penchées sur divers aspects de la ville intelligente et ont mis en commun leurs ressources et les résultats de leurs travaux. La ville de La Haye s’est concentrée sur la question de la cyber-sécurité. Un tel partage des ressources entre les villes, au niveau national comme international, repose avant tout sur le recours à des solutions interopérables et aux normes.

D’autres conclusions ont été tirées de cette manifestation, telles que l’importance d’impliquer davantage de villes et d’acteurs majeurs dans l’élaboration des normes pour s’assurer que les solutions proposées reflètent réellement leur situation. Pour y parvenir, les participants ont souligné la nécessité d’impliquer les villes dès les premières phases du processus, de démontrer plus clairement toute la valeur des normes auprès des acteurs majeurs des villes et de s’assurer que le processus de normalisation est accessible à ce groupe de parties prenantes.

 

Le Forum mondial sur les villes intelligentes est organisé par l’IEC, l’ISO et l’UIT dans le cadre du partenariat World Smart City. Placé cette année sous la houlette de l’ISO, ce forum a réuni des représentants de différentes villes, des organisations élaboratrices de normes, des groupes industriels et des investisseurs dans le but d’explorer un certain nombre de défis majeurs auxquels les villes sont actuellement confrontées et d’examiner comment les normes internationales peuvent contribuer à relever ces défis.

Pour plus d’informations sur l’initiative World Smart City. 

Informations associées

  • L’ISO et les villes intelligentes
    La construction d’une ville intelligente est une tâche très complexe. Découvrez comment les normes ISO contribuent à rendre les villes plus intelligentes.

Contact

Katie Bird
Katie Bird

+41 22 749 0431

Press contact
Sandrine Tranchard

+41 22 749 03 11

Suivez l'actualité de l'ISO

Inscrivez-vous à notre Newsletter (en anglais) pour suivre nos actualités, points de vue et informations sur nos produits.