Le problème est largement reconnu, ce qui explique que le sujet est très présent dans plusieurs Objectifs de développement durable des Nations Unies, et les pouvoirs publics comme les entreprises font face à une pression croissante pour limiter leur consommation d’eau. Or, il leur faut d’abord, pour y parvenir, être en mesure d’évaluer cette consommation.

Un nouveau manuel ISO élaboré en partenariat avec l’ITC, ISO 14046, Management environnemental – Empreinte eau – Guide pratique pour les PME, vient d’être publié pour aider les organisations de tout type, et notamment les PME, à mieux comprendre la norme et à en tirer le meilleur parti.

Pour le coauteur de ce manuel, Sébastien Humbert, l’empreinte eau est un type relativement nouveau d’évaluation comparée à d’autres, comme l’empreinte carbone, et de nombreuses méthodologies existent pour des résultats variés.

« Élaborée grâce au concours de milliers de contributeurs issus d’environ 60 pays et 20 organisations non gouvernementales, ISO 14046 garantit un consensus international sur un langage commun pour toutes les parties prenantes intéressées, et fournit un cadre pour la mesure des impacts sur l’environnement résultant de leur consommation d’eau. »

« Ce manuel propose des lignes directrices pratiques non seulement sur les principaux paragraphes de la norme, mais également sur ceux qui sont le plus sujets à interprétation. Ce faisant, il vise à aider les organisations à se préparer à une évaluation de leur empreinte eau, et à la mener à bien, conformément à ISO 14046. »

ISO 14046, Management environnemental – Empreinte eau – Guide pratique pour les PME est disponible auprès du membre de l’ISO dans votre pays ou sur l’ISO Store.