Couverture: ISOfocus mai/juin 2017 - L'agriculture intelligenteLe numéro d’ISOfocus de mai/juin 2017 examine comment les techniques et les technologies agricoles high-tech peuvent contribuer à accroître les rendements tout en limitant les coûts et en préservant nos ressources. Nous avons interrogé différents experts d’entreprises spécialisées dans le matériel agricole, des dirigeants onusiens et des professionnels de la normalisation du monde entier, dans des domaines allant de l’agriculture intelligente face au climat au cacao et aux produits laitiers nutritionnels produits durablement.

« Les limites de la révolution verte [ont été] atteintes » affirme François Coallier en parlant de la révolution survenue dans le monde agricole au cours du XXe siècle. M. Coallier, qui participe à la normalisation des technologies de l’information depuis de nombreuses années, dirige désormais le groupe d’experts en charge de l’IoT – un réseau de dispositifs physiques – au sein de l’ISO/IEC JTC 1, le comité technique mixte en charge des technologies de l’information. « Nous devons trouver de nouveaux moyens pour nourrir durablement une population mondiale qui ne cesse de croître. Une approche, pour ce faire, consiste à utiliser les ressources (y compris humaines) plus efficacement pour produire des denrées alimentaires, mais aussi à supprimer le gaspillage dans la chaîne d’approvisionnement. »

Le dernier numéro d’ISOfocus présente certaines des opportunités à saisir pour une agriculture intelligente et met en lumière la manière dont le secteur agricole est le plus susceptible d’en tirer parti. Il donne des exemples illustrant la façon dont certaines entreprises mettent déjà à profit ce marché en plein essor en exploitant des technologies modernes permettant de limiter le gaspillage, d’optimiser la productivité et d’influer le moins possible sur l’environnement.

Les techniques et technologies de l’agriculture intelligente combinées aux technologies émergentes, notamment le matériel agricole intelligent exploitant l’IoT, le recours aux drones et à l’irrigation au goutte-à-goutte, sont clairement appelées à révolutionner l’agriculture. Ce numéro d’ISOfocus vous permettra d’en savoir plus sur ces techniques et technologies – et sur le rôle de la normalisation dans ce domaine.

Les membres de l’ISO exploitent également ce potentiel. Comme le souligne Charles Ongwae, Directeur général du Kenya Bureau of Standards (KEBS), dans son édito : « Dans un effort visant à équilibrer le rôle positif des technologies de pointe et les coûts potentiels supportés par les cultivateurs, les consommateurs et l’environnement, les normes pour le secteur agricole sont indispensables. Ces normes fournissent des lignes directrices sur les meilleures pratiques en matière de nouvelles technologies, d’équipements et de processus s’y rapportant tout le long de la chaîne d’approvisionnement, et tracent la voie en direction d’une agriculture durable. »

On peut dès lors se demander à quoi ressemblera l’agriculture en 2050. Une chose est sûre, pour réussir à nourrir 9,6 milliards de personnes, nous devrons, en permanence, mettre la priorité sur l’élaboration des normes, pour que les avancées technologiques majeures puissent continuer de générer les avantages, en termes de productivité et de protection de l’environnement, que nous attendons dans les 20 prochaines années. Qu’on ne s’y trompe pas, pour nourrir les générations futures, l’agriculture de demain sera intelligente.

Pour en savoir plus, lisez le dernier numéro d’ISOfocus