La pollution sonore liée à la circulation concourt chaque année à la perte de plus d’un million d’années de vie en bonne santé suite à la morbidité, à des invalidités ou à une mortalité prématurée dans les pays occidentaux de la Région européenne de l’OMS, selon un rapport de l’Organisation sur le sujet. Ce problème ne se limite toutefois pas à l’Europe et touche tout pays dans lequel la circulation automobile est intense dans certaines zones.

Ce problème est essentiellement alimenté par les bruits de contact entre les pneumatiques et la chaussée. C’est à partir de 50 km/h que ce bruit de contact est le plus élevé. Pour les véhicules légers, il apparaît dès 30 km/h et pour les véhicules électriques, qui sont par ailleurs silencieux, on l’observe quelle que soit la vitesse.

La Commission des Nations Unies pour l’Europe a établi des limites légales à des fins de contrôle du bruit des pneus, lesquelles ont été adoptées dans la plupart des pays industrialisés. Cependant, les revêtements des chaussées constituent aussi un paramètre important dont l’incidence sur les bruits de la circulation est aussi importante que celle des pneumatiques et des véhicules.

Quelques pays ont commencé à modifier les revêtements routiers dans des zones vulnérables à un bruit élevé, mais il reste un long chemin à parcourir avant de résoudre le problème. Des négociations sont actuellement en cours pour limiter juridiquement le niveau des nuisances sonores susceptibles d’être émises par un revêtement de chaussée, intervention également soutenue par les constructeurs de véhicules et les fabricants de pneumatiques.

Pour mettre en pratique ces exigences, nous avons toutefois besoin de Normes internationales pour mesurer et surveiller de façon uniforme et fiable l’influence des revêtements des chaussées sur le bruit émis par la circulation. L’ISO a publié une première norme en 1997, mais les évolutions technologiques et des besoins ont justifié l’élaboration d’une nouvelle méthodologie, ISO 11819-2, Acoustique – Méthode de mesurage de l’influence des revêtements de chaussées sur le bruit émis par la circulation – Partie 2 : Méthode de proximité immédiate.

Ulf Sandberg, Chef de projet de la nouvelle norme, déclare : « La nouvelle méthodologie est beaucoup plus pratique et facile d’utilisation, en particulier pour les longs tronçons de route. »

Cette nouvelle méthode s’est traduite par l’établissement d’ISO/TS 11819-3 sur les pneumatiques de référence. Comme l’explique M. Sandberg, « nous étions en train d’élaborer la nouvelle norme ISO 11819-2 lorsque nous avons réalisé qu’il nous fallait aussi spécifier les pneumatiques de façon correcte pour obtenir des données fiables et reproductibles. C’est pourquoi nous avons élaboré ISO/TS 11819-3 ».

Cependant, le comité ISO en charge de l’élaboration de ces normes est allé encore plus loin. Des études récentes ont montré que la température influait sur les émissions sonores, tout comme les pneumatiques et les revêtements de chaussée. Un nouveau document, ISO/TS 13471-1, a été élaboré afin de tenir compte de l’effet de la température sur des essais de bruit pneu/route.

« La nécessité de contrôler le bruit émis par les routes retient une attention croissante. Désormais, la Commission européenne impose aux États membres d’établir des rapports réguliers sur les émissions sonores liées à la circulation le long des principaux axes routiers et d’élaborer des programmes de réduction du bruit lorsque ces émissions sont considérées comme excessives » indique M. Sandberg. « Les trois nouveaux documents offrent une boîte à outils efficace pour évaluer la contribution des revêtements des chaussées à la pollution sonore. »

ISO 11819-2, ISO/TS 11819-3 et ISO/TS 13471-1 sont disponibles auprès du membre de l’ISO dans votre pays ou sur l’ISO Store.

Les documents ont été élaborés par le comité technique ISO/TC 43, Acoustique, dont le secrétariat est assuré par le DIN, le membre de l’ISO pour l’Allemagne.