Depuis son lancement en 2013, la nouvelle BMW i3 a pris d'assaut le marché européen, sans laisser dans son sillage la moindre trace sur l'environnement.

Ce nouveau véhicule à batterie électrique émet, sur son cycle de vie, 30 à 50 % de gaz à effet de serre de moins que les véhicules conventionnels équivalents. En fait, ce joli résultat a déjà été distingué par plusieurs des plus prestigieuses récompenses du secteur automobile – le World Car Design of the Year Award 2014 (Prix du Design de l'année) et le World Green Car Award 2014 (Prix de la Voiture verte de l'année) – décernées lors du Salon international de l'automobile de New York en avril dernier.

Pour réaliser sa vision écologique ambitieuse, BMW Group a opté pour une analyse du cycle de vie complet (ACV) de son processus de production automobile. Cette démarche s'est matérialisée par la double certification ISO 14040 et ISO 14044. Pour comprendre comment le géant automobile réinvente la mobilité, ISOfocus a fait le point avec l'équipe Durabilité de BMW en charge du projet.

ISOfocus : La BMW i3 est une voiture révolutionnaire pour la conduite en ville. Pouvez-vous nous dire comment est né le concept de la mobilité BMW i ?

Équipe Durabilité BMW : La série BMW i et son modèle BMW i3 sont les réalisations exemplaires de l'initiative « project i », une cellule de réflexion créée pour développer des solutions de mobilité durables et redéfinir le mode de fabrication des véhicules.

Construire une voiture visionnaire est un projet colossal. Par quoi avez-vous commencé ?

Pour lancer la production de la BMW i3 – première BMW zéro émission de série – il nous fallait, nous le savions, revoir attentivement le cycle de vie du produit. Nous avons donc effectué une analyse du cycle de vie complet (ACV) du concept-car afin de nous faire une idée précise de l'ensemble des aspects environnementaux. Nous nous sommes appuyés sur ISO 14040 et ISO 14044 pour surveiller et atteindre nos cibles.

Comment avez-vous procédé pour mettre en œuvre l'analyse du cycle de vie ?

L'ACV a été réalisée à l'aide du logiciel GaBi© de modélisation de la durabilité des produits, qui permet de recueillir des données précieuses pour l'inventaire du cycle de vie et sur la phase d'utilisation du véhicule.

Quels ont été les principaux avantages de l'ACV sur votre processus de production ?

L'ACV est un outil de surveillance et d'aide à la prise de décision pour mettre en place des mesures d'amélioration de la performance.

Résultat : comparativement aux véhicules conventionnels de taille et de performance similaires, la BMW i3 commercialisée aujourd'hui a, sur son cycle de vie complet, un potentiel de réchauffement planétaire (PRP), inférieur de 33,3 %, si elle est alimentée par le mix électrique européen, et la différence dépasse 50% si elle est alimentée avec de l'énergie renouvelable, en phase d'utilisation.

Quels conseils donneriez-vous aux entreprises qui envisagent de recourir à l'analyse du cycle de vie pour évaluer leur durabilité environnementale ?

L'analyse du cycle de vie d'un produit du « berceau au tombeau » est, par définition, un projet de grande ampleur. Il faut donc procéder méthodiquement, prendre le temps de faire les choses correctement, et faire appel à des consultants externes pour être certains de rester sur la bonne voie.

Lisez l'entretien complet dans le prochain numéro d'ISO/Focus de juillet/août 2014.