Passer au contenu principal

Cet article appartient à nos archives. 

Par |
Satellites en fin de vie, étages de fusée abandonnés, écrous et boulons en déshérence – de multiples débris lévitent autour de la Terre. Quelque 34 000 objets de plus de 10 cm ont été observés au moins une fois par des radars et des télescopes.

Ces objets en orbite représentent une menace, au sens où ils peuvent entraîner des accidents non seulement dans l'espace mais aussi sur Terre. Les experts sont de plus en plus nombreux à tirer la sonnette d'alarme : il est nécessaire de prendre des mesures pour limiter le nombre de débris dans l'espace. Il en va de l'avenir de l'exploration spatiale.

Parmi les solutions proposées figurent plusieurs normes ISO, en particulier ISO 24113, qui présente les exigences relatives à la réduction  des débris spatiaux.

Empêcher la formation de débris spatiaux grâce aux normes ISO

ISO 24113 a pour objectif de garantir que la conception, l'exploitation et l'élimination des engins spatiaux et des étages des lanceurs qui servent à leur mise en orbite (et sont éjectés après propulsion) ne génèrent pas de débris dans leur durée de vie en orbite.

Toute une série de normes – dont ISO 24113 fait partie – vise à limiter le rejet d'objets dans les conditions normales d'exploitation, à réduire le risque de déchirures accidentelles et à faciliter la réorbitation des étages des lanceurs (opération qui consiste à rediriger les débris situés dans l'orbite basse ou l'orbite géostationnaire vers des zones où ils sont moins dangereux).

Empêcher les collisions

D'autres normes ont pour objectif principal de limiter les dommages causés par les collisions, notamment ISO 11227:2012, qui présente un mode opératoire d'essai permettant de déterminer les effets d'une collision orbitale avec un débris sur un matériau utilisé sur la surface extérieure du véhicule spatial.

D'autres normes sont en cours d'élaboration, notamment ISO 16158, consacrée à l'évitement des collisions avec les objets en orbite grâce au format de communication CDM (Conjunction Data Message), et ISO 16126, qui porte sur l'évaluation  de la capacité de survie des véhicules spatiaux non habités face aux débris spatiaux et aux impacts de météoroïdes.

À l'étude également, la normalisation des modèles environnementaux, naturels et artificiels, dans l'espace (ISO 14200) et la conception et le manuel d'utilisation pour les véhicules spatiaux utilisés dans un environnement de débris (ISO 18146).

© CNES/PHOTON/GIRARD Sébastien, 2008

Depuis le lancement de Spoutnik 1, en 1957, plus de 4900 lancements ont été effectués, envoyant quelque 6600 satellites en orbites. Aujourd'hui 3600 de ces satellites sont toujours dans l'espace, mais seul un millier d'entre eux sont encore opérationnels.


Informations associées

Contact

Sandrine Tranchard
Sandrine Tranchard

+41 22 749 03 11

Normes


Default News
Katie Bird
Chef, Communication

+41 22 749 0431

Suivez l'actualité de l'ISO

Inscrivez-vous à notre Newsletter (en anglais) pour suivre nos actualités, points de vue et informations sur nos produits.