ISO 20121 a été élaborée pour contribuer à ce que les événements - célébrations locales ou « méga-événements » comme les Jeux olympiques et paralympiques - laissent un héritage positif du point de vue des avantages économiques, environnementaux et sociaux qu’ils peuvent générer, tout en entraînant un minimum de déchets matériels, de consommation d’énergie ou de contraintes pour les collectivités locales.

Cette nouvelle norme de management a été créée par le secteur événementiel pour le secteur événementiel. Elle est applicable à toute organisation soucieuse d’établir, de mettre en œuvre, d’entretenir et d’améliorer un système de management responsable dans ce domaine. Elle sert ainsi de cadre permettant d’identifier les impacts potentiellement négatifs des événements, de les supprimer ou de les atténuer, et de tirer parti des retombées plus positives grâce à une amélioration de la planification et des processus.

 

Londres 2012 – un élément catalyseur pour ISO 20121

Parmi les parties prenantes qui ont contribué à l’élaboration de la norme figuraient des membres de l’équipe chargée de la durabilité pour le Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Londres (LOCOG).

Pour David Stubbs, Responsable de la durabilité au LOCOG, «Londres 2012 est fier d’avoir été l’initiateur de la norme ISO 20121. Cela constitue un héritage qui a le potentiel de transformer la façon dont l’organisation d’événements mondiaux perçoit les impacts économiques, environnementaux et sociaux.»

ISO Focus+ a demandé à David Stubbs et à quelques-uns des tout premiers utilisateurs d’ISO 20121, notamment le club de football Manchester United Ltd., la Présidence danoise 2012 du Conseil de l’Union européenne (UE), le stade sportif de Croke Park à Dublin, en Irlande, et la société Sustainable Events Ltd., leurs impressions concernant la mise en œuvre de la nouvelle norme et son efficacité en pratique.

 


 

LOCOG

ISO Focus+ : À quel moment le LOCOG a-t-il commencé à mettre en œuvre un système de management responsable pour les activités événementielles, conforme aux exigences et recommandations d’ISO 20121 ?

Le Parc olympique en fleurs devant le Stade olympique. Photo: LOCOG

David Stubbs : Nous avions identifié la nécessité d’un tel système à l’occasion de la candidature de Londres aux Jeux olympiques 2012 dès 2004/5. Nous avions en effet relevé à l’époque qu’il n’existait pas sur le marché de système de management responsable appliqué à l’activité événementielle. Dès les débuts de notre action en qualité de comité d’organisation, nous avons commencé à concevoir notre propre système de management, qui a bien entendu précédé la norme britannique BS 8901 et, il va sans dire, la norme ISO 20121.

 

Nous étions néanmoins engagés dans l’élaboration de la norme BS 8901, suscitant ainsi un phénomène d’itération et, à mesure que notre organisation prenait forme, nous avons pu formaliser nos dispositifs en conformité avec la toute nouvelle norme BS 8901 (2007), puis avec sa version 2009 selon laquelle nous avons été certifiés de manière indépendante en septembre 2011. Nous avons obtenu la certification ISO 20121 par tierce partie en juin 2012.

ISO Focus+ : Pouvez-vous nous indiquer toute l’étendue du domaine d’application d’ISO 20121 ?

David Stubbs : Notre système de management conforme à ISO 20121 couvre le LOCOG. Le comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques est donc certifié pour l’ensemble de ses activités et opérations. Certains de nos sites ont également mis en œuvre ISO 20121, mais ils l’ont fait de leur propre chef, et non dans le cadre de Londres 2012. L’Autorité chargée de la livraison des infrastructures olympiques a obtenu séparément la certification ISO 20121 pour ses opérations de transport.

ISO Focus+ : Quels avantages y a-t-il, selon vous, à organiser des manifestations conformes à la norme ?

David Stubbs : L’intérêt du système de management tient à l’approche structurée qu’il vous donne pour aborder les aspects liés au développement durable. Il vous permet de mettre en place un programme plus efficace que si vous le conceviez vous-même en amateur. Ensuite, il vous donne une plus grande crédibilité auprès des parties prenantes et des autorités de réglementation – et à l’heure actuelle, pour tout événement de grande envergure, il est essentiel de ne pas flancher sur ce point. La prise en compte du développement durable peut permettre de réaliser des économies de coûts significatives grâce à l’éco-efficacité, mais il est difficile d’y parvenir sans se doter d’un bon système de management.

ISO Focus+ : Pouvez-vous nous décrire quelques-unes des initiatives et mesures que vous avez déjà prises dans cette optique ?

En réponse, David Stubbs évoque le rapport du LOCOG préalable aux Jeux relatif au développement durable et intitulé, «Delivering change» [Assurer le changement]. Il prévoit en détail les initiatives mises en œuvre en conformité avec ISO 20121 et les déclarations d’intention suivantes :

Le Plan de développement durable de Londres 2012 s’articulait autour de cinq thèmes du développement durable – le changement climatique, les déchets, la biodiversité, l’intégration sociale et la vie saine – et couvrait plusieurs questions prioritaires :

  • Gérer les émissions de carbone pour assurer des Jeux sobres en carbone
  • Assurer des Jeux «zéro déchet»
  • Fournir des solutions de transport durables et accessibles
  • Utiliser les Jeux pour illustrer les avantages économiques du développement durable
  • Promouvoir un mode de vie durable en faisant de la durabilité un élément visible des Jeux
  • Veiller à ce que l’héritage du Parc olympique contribue à revitaliser les collectivités de l’Est de Londres

Les Jeux de Londres 2012 ont été les premiers J.O. à n’envoyer aucun déchet en décharge. Nous sommes parvenus à ce résultat en concevant nos déchets, en optimisant la durée de vie des produits, en louant au lieu d’acheter du neuf, en remettant en état du matériel pour le réutiliser, en compostant les déchets, et en recourant à l’incinération avec récupération d’énergie. Près de 99 % des déchets générés lors de la construction du Parc olympique ont été récupérés, réutilisés et recyclés. Les déchets alimentaires ainsi que les emballages de nourriture et de boissons ont été canalisés, à l’aide d’un système de tri différencié par code couleur, vers le recyclage, les emballages alimentaires et compostables, et les flux de déchets non recyclables.

Les sites existants ont été utilisés chaque fois que possible, et seuls les nouveaux sites permanents solidement justifiés par leur conservation ultérieure ont été construits. Des structures temporaires ont été érigées pour tous les autres besoins. La construction d’un toit constitué d’un maillage de câbles pour le Vélodrome au lieu de l’arche initiale en acier a permis d’économiser près de 1 000 tonnes d’acier et de réduire ainsi les émissions de carbone de plus de 27 %. Des chaudières à biomasse et des installations photovoltaïques ont été utilisées pour les bâtiments afin de générer de l’énergie renouvelable.

Après les Jeux, toutes les maisons du Village olympique devaient être raccordées au système de chauffage existant de la collectivité et être économes en eau, avec une intensité d’utilisation de 105 litres par personne par jour (contre 144 litres en moyenne).

ISO Focus+ : Avez-vous trouvé ISO 20121 facile à mettre en œuvre – ou avez-vous rencontré des difficultés en cours de route ?

David Stubbs : Je suis certain que si ISO 20121 avait existé en 2005 lorsque nous avons amorcé nos travaux, ils en auraient été grandement facilités. Le plus gros défi tenait à l’échelle du projet, qui n’a cessé de croître, le LOCOG passant d’une micro-entreprise à une entreprise majeure en l’espace de sept ans. La plupart des projets sont, toutes proportions gardées, plus simples et plus clairement délimités. ISO 20121 devrait donc s’avérer un outil précieux pour la grande majorité des organisateurs professionnels d’événements.

ISO Focus+ :  Quels conseils donneriez-vous aux organisations qui envisagent de mettre en œuvre ISO 20121 et de se faire certifier^ ?

David Stubbs : Il est beaucoup plus facile d’intégrer le développement durable au début du projet, plutôt que d’essayer de remettre à niveau le projet à un stade plus avancé. Bien évidemment, cela vaut surtout pour les événements uniques. Les organisateurs qui reconduisent des événements ou qui sont établis de longue date dans le secteur, doivent commencer au stade où ils en sont, et construire sur cette base.

Les principaux points auxquels il faut veiller dès le début sont notamment : (a) s’assurer de l’engagement de la direction et inscrire le développement durable dans la structure de gouvernance, et (b) identifier les parties prenantes et leurs principaux enjeux. Quant à ceux qui atermoient par crainte de devoir engager des ressources, il est important de bien mesurer que l’application rigoureuse de ces principes est le plus sûr moyen d’économiser de l’argent.

 

David Stubbs
David Stubbs
Responsable de la durabilité
Comité d'organisation des Jeux olympiques et paralympiques (LOCOG)
 
Londres, Royaume-Uni
 
 

 


 

Présidence danoise du Conseil de l’UE

Helle Thorning-Schmidt, Première ministre du Danemark, et Angela Merkel, Chancelière allemande, lors d’une réunion du Conseil de l’Union européenne menée dans le respect des principes du développement durable, sous les auspices de la Présidence danoise certifiée ISO 20121. Photo: Council of the European Union

Le développement durable a été au cœur des préoccupations de la Présidence danoise du Conseil de l’Union européenne au cours de son mandat en 2012. L’objectif était de promouvoir des solutions concrètes soulignant les avantages d’une présidence plus soucieuse du développement durable. En reconnaissance de cette initiative concluante, la Présidence danoise du Conseil de l’Union européenne a été la première du genre à se voir délivrer la certification ISO 20121.

ISO Focus+ a interrogé Andreas Clausen Boor, Chef de section et Coordinateur pour la soutenabilité, Ministère danois des affaires étrangères, chargé de l’organisation d’une centaine de manifestations selon les principes du développement durable dans le cadre de la Présidence danoise.

 

 

ISO Focus+ : À quel moment le Ministère danois des affaires étrangères a-t-il commencé à mettre en œuvre pour la première fois un système de management responsable pour les activités événementielles, conforme aux exigences et recommandations d’ISO 20121 ?

Andreas Clausen Boor : À l’occasion de la présidence de l’UE. La norme a été officiellement publiée en juin 2012 ; par conséquent, nous avons été le premier événement à obtenir la certification. Elle a également été délivrée aux Jeux olympiques, mais de manière anticipée car les Jeux n’avaient pas encore commencé.

ISO Focus+ : Combien de manifestations avez-vous organisées à l’aide de la norme et de quels types étaient-elles ?

Andreas Clausen Boor : Près de 100 réunions politiques – grandes conférences au sommet ou ateliers plus restreints (allant de 60 à 900 participants, pour la plus importante d’entre elles). Nous avons aussi organisé neuf Conseils informels (réunions de ministres des finances, des affaires étrangères, de la justice, etc.) et deux réunions entre la Commission de l’UE, le Parlement de l’UE et le gouvernement danois.

ISO Focus+ : Quels avantages y a-t-il, selon vous, à organiser des manifestations conformes à la norme ?

Andreas Clausen Boor : La norme permet d’adopter une démarche stratégique et cohérente dans l’application des principes du développement durable. Au lieu de nous disperser en initiatives écologiques diverses, nous avons pu intégrer le développement durable dans tous les aspects logistiques de la présidence, et la Norme internationale ISO nous a aidés à mettre en place les systèmes et procédures nécessaires.

ISO Focus+ : Pouvez-vous nous décrire quelques-unes des initiatives et mesures que vous avez déjà prises dans cette optique ?

Andreas Clausen Boor : Nous avons pris un grand nombre d’initiatives, parmi lesquelles : l’interdiction de servir de l’eau minérale en bouteille lors des réunions (ce qui a valu à la Présidence danoise d’être connue pour avoir mis l’Europe «à l’eau du robinet»); le choix de repas écologiques (à base de produits locaux, biologiques, et de saison) ainsi que d’hôtels et de centres de réunion éco-labellisés; la fourniture du courant électrique par l’industrie éolienne; la transformation des déchets organiques en gaz naturel destiné au chauffage des foyers danois ; la gestion des déchets; l’usage des transports publics et des bicyclettes gratuitement mises à la disposition des délégués; un système de transport intelligent pour les personnalités importantes réduisant de 75 % les besoins en véhicules ; la collecte et le recyclage des badges et de leurs cordons ; des transports et livraisons neutres en carbone; des vols «verts» avec compensation des émissions de CO2, parrainés par Scandinavian Airlines, pour les délégués de l’Union européenne.

ISO Focus+ : Quels conseils donneriez-vous aux organisations qui envisagent de mettre en œuvre ISO 20121 et de se faire certifier ?

Andreas Clausen Boor : Commencer tôt et faire preuve de bon sens. La norme est relativement facile à mettre en œuvre dès lors que les systèmes sont en place dès le début.

 

Andreas Clausen Boor
Andreas Clausen Boor
Chef de section et Coordinateur pour la soutenabilité
Ministère danois des affaires étrangères
 
Danemark
 
 

 


Le stade certifié ISO 20121, Old Trafford, qui abrite le club de football Manchester United, fut le cadre de nombreuses rencontres sportives mémorables de Premier League et de matchs de football, congrès, cérémonies de remise de prix et autres événements internationaux. Photo: Manchester United Ltd.

 

Manchester United Ltd.

ISO Focus+ a interrogé Keith McIntosh, responsable Santé, sécurité et environnement du club certifié ISO 20121, Manchester United Limited, propriétaire du célèbre stade Old Trafford qui abrite Manchester United, l’une des équipes de football les plus riches et les plus largement soutenues au monde. En 2012, le magazine Forbes Magazine a classé l’équipe n°1 dans son classement annuel des 50 équipes sportives les plus valorisées dans le monde, estimant la valeur du club à USD 2,23 milliards.

 

 

ISO Focus+ : À quel moment avez-vous commencé à mettre en œuvre un système de management responsable pour les activités événementielles, conforme aux exigences et recommandations d’ISO 20121 ?

Keith McIntosh : Nous avions consacré les deux années qui ont précédé la publication d’ISO 20121 à nous orienter vers la norme BS 8901 et à la mettre en œuvre. Lorsque nous avons réalisé que nous pouvions aller de l’avant avec la nouvelle norme ISO relative au développement durable dès qu’elle serait confirmée, nous avons décidé de la mettre en œuvre avant les Jeux olympiques, en collaborant étroitement avec une équipe de Sustainable Events Ltd.

Manchester United Ltd. a obtenu en juillet 2012 la certification ISO 20121 pour son système de management responsable portant sur la planification et la livraison de prestations et de manifestations sportives au stade Old Trafford.

Le 23 juillet 2012, Manchester United Ltd. se voyait attribuer la certification ISO 20121 pour son système de management responsable portant sur la planification et la livraison d’activités et de manifestations sportives au stade Old Trafford.

ISO Focus+ : Quels types de manifestations avez-vous organisés à l’aide de la norme ?

Keith McIntosh : Nous avons testé un certain nombre de manifestations à titre de préparation à la certification, en travaillant aux côtés de deux organisateurs d’événements afin d’expérimenter le système dans ses aspects de surveillance, de management et d’établissement de rapports concernant les déchets. Nous avançons en travaillant en partenariat avec des organisateurs d’événements et leurs clients afin d’être en mesure de proposer des services événementiels conformes à ISO 20121 pour les expositions, congrès, cérémonies de remise de prix, etc. Ces services concernent la mise à disposition d’installations internes telles que des salles, des suites et des salons, et englobent également tous les matchs de football. Pendant les Jeux olympiques de Londres 2012, nous avons accueilli neuf rencontres de football des tournois olympiques féminin et masculin.

ISO Focus+ : Quels avantages y a-t-il, selon vous, à organiser des manifestations conformes à la norme ?

Keith McIntosh : Ce n’est que le début et pour le moment, nous nous attachons surtout à inciter, guider et encourager les organisateurs d’événements qui préparent des manifestations au stade Old Trafford afin qu’ils prennent connaissance de la norme, s’emploient à la mettre en œuvre et travaillent en partenariat avec nous. Nous considérons que tel est notre devoir. Nous voulons encourager les acteurs du secteur événementiel à choisir pour leurs manifestations des sites qui les aideront à organiser des événements plus responsables – et à satisfaire à certaines exigences en matière de responsabilité sociétale.

Des organismes comme Envirolink North West, le Carbon Trust, et le WRAP (programme d’action déchets et ressources), collaborent volontiers en partenariat avec nous dans le cadre de l’organisation d’événements sur nos sites, car nous pouvons offrir aux prestataires de l’événementiel l’occasion d’apprendre, de transmettre et de progresser, notamment dans le domaine du développement durable. De fait, ils retirent ainsi grand prestige de leur association avec Manchester United, ce qui est toujours un atout.

ISO Focus+ : Pouvez-vous nous décrire quelques-unes des initiatives et mesures que vous avez déjà prises ?

Keith McIntosh : Nous faisons déjà beaucoup, en particulier dans le domaine des meilleures pratiques environnementales. Nous avons été récemment certifiés pour la deuxième fois par le Carbon Trust Standard, gage de notre engagement à améliorer l’efficacité énergétique et à réduire les émissions de carbone. De même, la fondation Manchester United a fait un travail formidable dans l’optique qui était la sienne de motiver et d’inciter les générations futures à bâtir des communautés meilleures. Elle est la vitrine de nos programmes de développement durable.

ISO Focus+ : Avez-vous trouvé ISO 20121 facile à mettre en œuvre – ou avez-vous rencontré des difficultés en cours de route ?

Keith McIntosh : Cela a représenté un défi, mais nous avons surmonté les difficultés liées, par exemple, à la nécessité d’adapter les exigences d’ISO 20121 à nos activités et à notre fonctionnement, et d’en garantir la pertinence. Ces difficultés sont inhérentes à nos activités, qui suscitent l’intérêt de parties prenantes très diverses, sont fortement tournées vers l’international et sont associées à une marque très identifiable.

Mais nous trouvons la norme très utile. Lors de l’annonce de sa publication, notre Directeur d’exploitation, Michael Bolingbroke - chargé de nos initiatives de développement durable - avait indiqué sans ambages que nous devions obtenir pour nos activités la certification selon les meilleures normes à l’échelon international que sont ISO 20121 et ISO 14000. À cet égard, l’appui et l’impulsion de la direction jouent un rôle considérable.

ISO Focus+ : Quels conseils donneriez-vous aux organisations qui envisagent de mettre en œuvre ISO 20121 et de se faire certifier ?

Keith McIntosh : Assurez-vous de vous faire conseiller, guider et appuyer par des organismes réputés et fiables. Soyez très prudents dans le choix de vos conseils. Nous apprécions grandement l’appui reçu d’organismes tels que Sustainable Events Ltd. Cela est essentiel.

 

Keith McIntosh
Keith McIntosh
Responsable Santé, sécurité et environnement
Manchester United Limited
 
Manchester, Royaume-Uni
 
 

 


 

Le stade au complet attend le coup d’envoi d’un match de football de la Irish National League entre Dublin et Tyrone, qui figure parmi les nombreuses rencontres menées à Croke Park dans une perspective de durabilité. Photo: Croke Park

Stade sportif de Croke Park

ISO Focus+ a interrogé Alan Gallagher, Chef d’exploitation, et Tracy Bunyan, responsable du Développement durable, de Croke Park à Dublin, en Irlande, l’un des premiers stades sportifs au monde à être certifié ISO 20121. Ce stade a une capacité de 82 000 places, ce qui en fait le quatrième stade européen. Au cœur de la vie sportive irlandaise depuis plus de cent ans, il a accueilli de nombreuses rencontres de hurling et de football gaélique, sans oublier de nombreux matchs de rugby, matchs de football, épreuves d’athlétisme et concerts.

ISO Focus+ : À quel moment Croke Park a-t-il commencé à mettre en œuvre un système de management responsable pour les activités événementielles, conforme aux exigences et recommandations d’ISO 20121 ?

Alan Gallagher : En mai 2009, Croke Park a obtenu la certification ISO 14001, en tant que premier stade neutre en carbone au monde. Nous avons ensuite adopté une démarche holistique en matière de développement durable pour toutes les activités du stade et, en 2010, nous avons été les premiers à être certifiés selon la norme BS 8901, puis selon la norme ISO 20121 en juin 2012.

 

La nouvelle initiative de Croke Park en matière de développement durable baptisée «Greener. On and off the pitch» [Plus vert. Sur le terrain et à l’extérieur du terrain] vise à tirer les leçons du passé et à réduire au minimum l’impact environnemental des manifestations organisées sur le terrain et aux abords de celui-ci, à encourager la mise au point et l’organisation de manifestations responsables, à sensibiliser les parties prenantes, les prestataires et le personnel à la nécessité d’accomplir leur travail au stade dans le respect des principes du développement durable.

Cette initiative se concentre sur les points suivants :

  • Conserver notre place parmi les sites de sport les plus respectueux de l’environnement dans le monde par le biais d’une démarche de collaboration avec les principales parties prenantes
  • Améliorer le recyclage au stade Croke Park afin de ne plus envoyer aucun déchet en décharge d’ici 2014
  • Réduire la consommation d’électricité, de gaz et d’eau
  • Mettre au point des outils efficaces et cohérents pour transmettre le message du développement durable au personnel, aux parties prenantes, aux clients et au grand public

ISO Focus+ : Pouvez-vous nous indiquer toute l’étendue du domaine d’application d’ISO 20121 ?

Alan Gallagher : ISO 20121 est intégrée à chacune des opérations du stade et fait partie des exigences de politique imposées aux parties prenantes internes et externes associées aux manifestations organisées à Croke Park. Nous admettons que le stade et les événements et activités qui y sont menés ont un impact sur l’environnement, l’économie et la collectivité. En conséquence, nous avons pour politique de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour veiller à ce que les principaux effets sur l’environnement - liés à l’impact sur le cycle de vie des événements, aux approvisionnements, services publics, constructions, transports, salariés, visiteurs, clients, et à la collectivité au sens large - soient évalués et examinés sur les plans financier, social et environnemental.

ISO Focus+ : Quels types de manifestations avez-vous organisés à l’aide d’un système de management responsable appliqué à l’activité événementielle fondé sur ISO 20121 ?

Tracy Bunyan : Depuis l’obtention de la certification ISO 20121, près de 750 000 clients ont assisté à des rencontres sportives, congrès et concerts à Croke Park, tous fondés sur le système de management responsable.

ISO Focus+ : Quels avantages y a-t-il, selon vous, à organiser des manifestations conformes à la norme ?

Alan Gallagher : Croke Park adopte une démarche de partenariat impliquant l’ensemble du personnel et des parties prenantes en vue de réaliser des objectifs et d’obtenir des résultats en matière de durabilité pour le stade. L’implication du personnel et des sous-traitants, et la communication avec eux, ont été essentielles pour réaliser les avancées que nous avons obtenues en augmentant les taux de recyclage, en réduisant la consommation de l’eau, du gaz et de l’électricité, et en développant des initiatives pour la collectivité. J’ai constaté qu’ISO 20121 vous permet de normaliser des initiatives répondant aux trois dimensions du développement durable - environnement, société, et économie -, en les modelant en fonction de la taille de la manifestation concernée.

ISO Focus+ : Pouvez-vous nous décrire quelques-unes des initiatives et mesures que vous avez déjà prises dans cette optique ?

Alan Gallagher : Croke Park s’est engagé sur la voie du développement durable en 2008 en procédant à la remise à niveau d’un système de management de l’énergie (SME) et d’un système de gestion des bâtiments (SGB) dans le cadre d’un programme plus vaste d’améliorations environnementales ultramodernes portant sur la gestion centrale des systèmes de management de l’électricité, des déchets et de l’eau du stade.

Ces initiatives ont permis d’obtenir les résultats suivants :

  • Une réduction de 31 % de la consommation électrique grâce au SGB permettant de contrôler l’éclairage, le chauffage électrique et les appareils de traitement d’air, et aux détecteurs de mouvement passifs à infrarouge (PIR) qui s’éteignent et s’allument au gré des passages des personnes
  • Une réduction de 29 % de la consommation de gaz
  • Une réduction de 28 % de la consommation d’eau en installant des vannes électromagnétiques dans les espaces publics, permettant d’économiser 370 000 litres d’eau par jour
  • 62 % des déchets du stade sont maintenant recyclés ou compostés
  • Un certain nombre de projets de camps sportifs et de financements d’activités pour la collectivité, ainsi que des programmes de recrutement avec des entrepreneurs locaux et de réunions avec les résidents locaux ont été mis en place au sein de la collectivité.

ISO Focus+ : Quels conseils donneriez-vous aux organisations qui envisagent de mettre en œuvre ISO 20121 et de se faire certifier ?

Tracy Bunyan : L’un des principaux enseignements en matière de développement durable est que de simples initiatives peuvent produire des résultats réellement positifs. Il faut cependant un cadre permettant de combiner toutes ces initiatives. Croke Park a suivi une approche formelle en mettant en œuvre ISO 14001 (management environnemental) et ISO 20121 (management responsable) conformément à ses besoins, mais des assouplissements sont possibles pour les organisations plus petites. La certification ISO 14001 est, en tout état de cause, un bon tremplin vers la certification ISO 20121.

 

Alan Gallagher
Alan Gallagher
Chef d'esploitation
Stade Croke Park
 
Dublin, Irlande
 
 

 

Tracy Bunyan
Tracy Bunyan
Responsable développement durable
Stade Croke Park
 
Dublin, Irlande
 
 

 


 

Sustainable Events Ltd.

Au Salon de l’industrie des voyages d’affaires, congrès et séminaires de motivation (EIBTM) de Barcelone, en Espagne, Positive Impact, une société sœur à but non lucratif de Sustainable Events Ltd., a conduit un programme de trois jours sur le développement durable. Le stand et tous les sièges étaient fabriqués en carton recyclable. Photo: Sustainable Events Ltd.

ISO Focus+ a interrogé Charlie Banks, responsable du Développement commercial chez Sustainable Events Ltd., société basée à Manchester, au Royaume-Uni, qui soutient, conseille et guide les entreprises du secteur de l’événementiel dans l’application des principes du développement durable. Son Directeur général, Fiona Pelham, est la Présidente du comité technique de l’ISO qui a élaboré ISO 20121.

ISO Focus+ : À quel moment avez-vous commencé à mettre en œuvre un système de management responsable pour les activités événementielles, conforme aux exigences et recommandations d’ISO 20121 ?

Charlie Banks : Nous avons mis en œuvre le système fondé sur la norme BS 8901 au moment de son lancement et nous sommes officiellement passés à ISO 20121 en juillet 2012, lorsque nous avons obtenu la certification par tierce partie. Notre culture d’entreprise est axée sur le développement durable – cela correspond à nos méthodes de travail et par conséquent, nous étions heureux d’être certifiés.

ISO Focus+ : Quels types de manifestations avez-vous organisés à l’aide de la norme ?

Charlie Banks : Nous aidons nos clients - organisateurs d’événements, sites et destinations - à mettre en œuvre le système de management. Nous organisons également des événements au travers de notre société événementielle, Organise This. Comme notre méthode de travail est fondée sur le système de management, toutes nos manifestations sont organisées en conformité avec ISO 20121, des réunions d’affaires aux séminaires de formation du personnel.

 

ISO Focus+ : Quels avantages y a-t-il, selon vous, à organiser des manifestations conformes à la norme ?

Charlie Banks : La mise en œuvre d’ISO 20121 pour votre événement vous aidera à identifier comment renforcer votre efficacité et réaliser des économies, comment faire preuve de plus de transparence dans la communication avec vos parties prenantes, et comment vous aligner sur les valeurs de votre client ou de votre sponsor. De même, en mobilisant votre personnel autour de solutions innovantes, vous pouvez susciter la créativité et la motivation.

ISO Focus+ : Pouvez-vous nous décrire quelques-unes des initiatives et mesures que vous avez déjà prises dans cette optique ?

Charlie Banks : Nous travaillons avec un certain nombre de sociétés de gestion de sites et d’événements pour les aider à mettre en œuvre les principes du développement durable et à en mesurer les résultats lors de leurs événements, à l’aide de l’outil en ligne EventSustainability.com.

ISO Focus+ : Pensez-vous que la norme est adaptée aux petites entreprises ?

Charlie Banks : Absolument, nous sommes une petite entreprise et nous l’avons appliquée avec succès !

ISO Focus+ : Quels conseils donneriez-vous aux organisations qui envisagent de mettre en œuvre ISO 20121 et de se faire certifier  ?

Charlie Banks : Réfléchissez aux motivations qui vous conduisent à prendre cette décision et lancez-vous - chaque petite étape franchie est utile. Vous pouvez le faire selon votre propre calendrier et à votre rythme, mais vous devez obtenir l’adhésion de votre direction - car vous aurez besoin de son appui pour mettre en œuvre le changement.

 

Charlie Banks
Charlie Banks
Responsable, Développement commercial
Sustainable Events Ltd.
 
Manchester, Royaume-Uni