«Énergie – pourquoi les normes internationales sont vitales», tel était le thème sur lequel se sont penchés des experts en énergie dans le cadre de deux tables rondes de haut niveau lors d'une séance publique organisée hier, deuxième journée de la 32ème Assemblée générale de I'ISO, Organisation internationale de normalisation, qui se tient du 16 au 18 septembre au Cap, Afrique du Sud.

Les exposés et les débats se sont articulés autour d'un enjeu majeur: répondre aux défis que pose I'énergie au niveau mondial est une condition primordiale pour assurer un avenir durable.

L'allocution d'ouverture a été prononcée par Mme Wendy Poulton, membre du Conseil d'administration du SABS et Directrice générale, Durabilité, de la Compagnie sud-africaine d'énergie, Eskom. Elle a souligné les dimensions nationale, régionale et internationale de la problématique énergétique.

Le Président de I'ISO, M. Alan Morrison, a montré dans son exposé comment les normes fournissent les spécifications pratiques indispensables pour dégager des solutions dans les domaines du changement climatique, de l'efficacité énergétique et des énergies durables.

Dans son exposé principal lors de la première table ronde (sur l’efficacité énergétique), M. Nobuo Tanaka, Directeur exécutif, Agence internationale de I'énergie (AIE), a posé le constat que les tendances actuelles observées au niveau mondial en matière d'énergie ne sont pas durables.

M. Tanaka a expliqué que pour réussir à limiter l’élévation des températures du globe à un maximum de l’ordre de 2°C, une réduction d’au moins 50% des émissions de CO2 d’ici 2050 est nécessaire. L’AIE a établi que, pour que ce scénario soit réalisable, il faut parvenir à limiter les émissions à 26 Gt (gigatonnes) d’ici 2030, alors qu’elles atteindront 41 Gt si l’on continue de suivre les politiques actuelles.

Les experts internationaux qui ont présenté des exposés lors de la table ronde de la séance publique sur I’efficacité énergétique, avec la modératrice, Mme Carole Le Gall, Directrice générale, Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), France, et Présidente, Groupe stratégique consultatif de I’ISO sur I'énergie (deuxième à partir de la g.).

M. Tanaka a insisté sur le fait qu'il faut prendre immédiatement des mesures et les mettre en œuvre en adoptant des approches adéquates susceptibles d'être mesurées, déclarées et vérifiées. A cet égard, les Normes internationales en matière d’efficacité énergétique et d'énergies renouvelables jouent un rôle vital à différents niveaux :

  • Réduire le coût d'ensemble de l'élaboration des politiques
  • Assurer la cohérence des politiques
  • Exercer une surveillance des économies d'énergie et des réductions de CO2
  • Assurer la qualité, le bon fonctionnement et la fiabilité des produits écoénergétiques
  • Gagner la confiance des consommateurs et des gouvernements quant à l'importance de I'efficacité énergétique et des énergies renouvelables.

Il y a là une opportunité d'actualiser les initiatives exposées dans le document conjoint ISO/AIE soumis dans le contexte de la réunion du G8 en juin 2007, a relevé M. Tanaka, qui a également mis l'accent sur la nécessité de mettre à profit les résultats de l'atelier ISO-IEC-AIE organisé sur le thème «les Normes internationales pour promouvoir I'efficacité énergétique et réduire les émissions de carbone».

L'exposé principal de la deuxième table ronde de la séance publique (sur les sources d'énergie renouvelables) a été présenté par M. Jacques Régis, Président de la IEC et ancien dirigeant de Hydro-Québec, Canada, qui, en développant le thème «les énergies renouvelables – une étape vers la durabilité», a évoqué les activités décisives de la IEC dans le domaine des énergies renouvelables, du réseau intelligent («smart grid») et de I'efficacité énergétique électrique (E3).

Les intervenants de la table ronde sur les sources d'énergie renouvelables, avec l'orateur principal, M. Jacques Régis (tout à g.), le modérateur, M. Llewellyn van Wyk, Architecte, Conseil pour la recherche scientifique et industrielle, Afrique du Sud (troisième à partir de la g.), et le Secrétaire général de I'ISO, M. Rob Steele (quatrième à partir de la g.).

M. Régis a souligné l'importance de la coopération internationale entre la IEC, I'ISO, l'AIE et d'autres organisations concernées pour produire à temps des Normes internationales et des solutions en matière d'évaluation de la conformité pour relever les défis d'ampleur mondiale.

Des exposés sur d'autres aspects ont été prononcés par d'éminents experts internationaux de plusieurs pays – France, Singapour, États-Unis, Afrique du Sud, Islande, Danemark, Australie, Allemagne, Israël – ainsi que de l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI). Le texte des exposés ainsi qu'un compte rendu résumé des débats seront mis à disposition sur le site Web de l’ISO à la rubrique «A la Une» sous Énergie. Le programme (PDF, 467kB) de la séance publique peut aussi être consulté.