Depuis les matières premières, comme le coton, jusqu’au T-shirt vendu dans votre boutique préférée, la connaissance et le suivi des caractéristiques spécifiques du produit (par exemple, son origine, son empreinte écologique et/ou son processus de fabrication) revêtent une importance croissante, notamment aux yeux des consommateurs qui réclament de plus en plus un accès à ces informations. La traçabilité, et donc la transparence, rassure et permet de mieux connaître les caractéristiques de production afin de réduire les risques pour la santé, la sécurité et la qualité. Dans de nombreux cas, la traçabilité est même devenue une obligation légale. Un système de management fiable de la chaîne de contrôle est ainsi essentiel pour les programmes de certification et d’assurance de la qualité.

Une multitude de systèmes et de programmes de chaîne de contrôle sont utilisés à travers le monde, tous dotés de leur propre sémantique, présentation et priorité sectorielle, y compris concernant la sécurité des denrées alimentaires, l’agriculture durable ou la conformité vis-à-vis des règles de fabrication. Du fait de leur multiplicité, ces systèmes ajoutent des couches de gestion administrative inutiles, ce qui accroît les coûts et exclut les plus petites entreprises des marchés internationaux. C’est dans cet esprit que l’ISO a créé le nouveau comité de projet ISO/PC 308, Chaîne de contrôle, afin de simplifier la tâche de tous les acteurs de la chaîne logistique en utilisant une terminologie ISO uniforme au niveau mondial.

Rob Busink, Président du comité de projet ISO/PC 308, a déclaré : « La prolifération des systèmes de traçabilité et des définitions entraîne une confusion, une complexité et des coûts inutiles pour les acteurs des différentes chaînes logistiques. La norme générique de chaîne de contrôle proposée définira les modèles de chaîne logistique et les niveaux de traçabilité respectifs ainsi que les exigences spécifiques en matière de gestion administrative, de taux de conversion et d’activités de manutention physique. L’accès au marché sera ainsi simplifié grâce à une terminologie et des critères uniformes tout le long de la chaîne logistique. »

« Nous espérons que les programmes existants et nouveaux de certification se référeront à la norme ISO pour la terminologie décrivant les exigences relatives à la chaîne de contrôle, ce qui simplifiera l’évaluation de la conformité pour les différentes certifications de produits et réduira les doublons ou les confusions inutiles. »

Le comité a déjà obtenu le soutien d’organisations de nombreux secteurs pour l’élaboration de la norme, comme l’agroalimentaire, les biens de consommation, l’énergie et la construction, ainsi que d’organes de certification et de pouvoirs publics.

Pour de plus amples informations, les experts d’organisations et les spécialistes de la chaîne de contrôle désireux de participer activement à l’élaboration de la norme sont invités à contacter le membre de l’ISO dans leur pays.