Vladimir Poutine, Premier Ministre de la Fédération de Russie, a exprimé le soutien constant de son pays à l’élaboration de Normes internationales ISO appuyant le commerce, l’industrie et la technologie.

Ainsi s’est exprimé le Premier Ministre russe lors de la rencontre organisée le 15 juin dernier à l’Office des Nations Unies à Genève, en Suisse, avec le Président de l’ISO pour la période 2011-2012, Boris Aleshin, le Secrétaire général de l’ISO, Rob Steele, et le Président du membre de l’ISO pour la Fédération de Russie (GOST R – Agence fédérale de réglementation technique et de métrologie), Grigory Elkin.

Vladimir Poutine, (au centre, à droite) Premier Ministre de la Fédération de Russie, rencontre le Président de l’ISO, Boris Aleshin (deuxième, à partir de la gauche) ; le Secrétaire général de l’ISO, Rob Steele (au centre, à gauche), le Président du membre de l’ISO pour la Fédération de Russie, (GOST R – Agence fédérale de réglementation technique et de métrologie), Grigory Elkin (à droite) et, pour le Bureau du Secrétaire général de l’ISO, Béatrice Frey (à gauche).

M. Poutine, alors en visite à Genève pour prononcer une allocution lors de la conférence annuelle de l’Organisation internationale du travail (OIT), a déclaré que les travaux de l’ISO contribuaient à «différents secteurs de l’économie, de l’industrie et des technologies de pointe».

Il a souligné que plus de 500 experts russes prenaient part aux travaux de l’ISO et que son pays avait l’intention de continuer à y participer activement. M. Poutine a déclaré que la Russie entendait faire progresser le niveau d’adoption des travaux de l’ISO au niveau national de 40 % actuellement, à 60%.

Le Premier Ministre a exprimé à quel point il était heureux que le Président actuel de l’ISO, M. Aleshin, soit russe, ajoutant: «Je suis convaincu que son expérience et ses connaissances joueront un rôle positif dans le développement de l’Organisation.»

M. Poutine, relevant que le GOST R avait invité l’ISO à tenir son Assemblée générale 2013 en Russie, à Saint-Pétersbourg, a déclaré : «Ayez l’assurance que le Gouvernement fédéral et les autorités municipales de Saint-Pétersbourg feront tout pour garantir l’organisation et le déroulement de la manifestation dans des conditions optimales.»

Le Premier Ministre russe a également exprimé son soutien à une plus grande participation à l’ISO des experts de la Fédération de Russie, mais également des pays de la Communauté des États indépendants, par le biais d’un programme de formation en collaboration avec l’ISO.

Le Secrétaire général de l’ISO a remercié M. Poutine de son intérêt pour l’ISO, rappelant que l’organisation est actuellement composée des organismes nationaux de normalisation de 162 pays.

M. Steele a déclaré que «le portefeuille actuel de l’ISO compte plus de 18600 normes abordant tous les domaines de la vie, l’économie, la protection de l’environnement et le développement durable de la société».

«En réalité, les normes accompagnent chacun d’entre nous dans notre quotidien. L’une de nos normes, par exemple, détermine la taille des cartes de crédit. D’autres normes définissent les codes pour la représentation des monnaies, ou encore la normalisation des conteneurs pour le transport de marchandises. Cette semaine nous publions une norme sur l’efficacité énergétique – ISO 50001 – qui pourrait avoir un impact positif sur près de 60% de la consommation énergétique mondiale.»

M. Steele a également évoqué les normes de systèmes de management de l’ISO (comme ISO 9001 et ISO 14001) utilisées dans le monde entier pour aider les dirigeants à renforcer l’efficience et l’efficacité du fonctionnement de leurs organisations. Observant que M. Poutine était venu à Genève pour s’adresser à la 100e conférence annuelle de l’OIT, il a souligné le lancement, en novembre 2010, de la norme ISO 26000 qui donne des lignes directrices relatives à la responsabilité sociétale et à laquelle l’OIT a contribué.

«Les normes sont avant tout pragmatiques», a-t-il conclu. «Si nous envisageons l’importance des Normes internationales au niveau national, force est de constater leur formidable influence sur la croissance économique et l’utilisation des ressources naturelles dans une perspective de développement durable.»