La pertinence globale des normes ISO relatives aux systèmes de management et les avantages qu’elles peuvent apporter aux très grandes comme aux très petites entreprises, dans les secteurs public et privé, sont mis en relief par les succès que viennent de connaître trois utilisateurs fort dissemblables : la principale agence mondiale de réglementation de la sécurité aérienne, un opérateur de 51 terminaux portuaires dans cinq continents et une petite entreprise employant 20 personnes.

Aux États-Unis, l’Agence de la sécurité aérienne de la Federal Aviation Authority (FAA) a obtenu le 16 octobre 2006 la certification ISO 9001:2000 d'un système unique de management de la qualité couvrant un total de 6 242 employés, pour son siège social de Washington DC, neuf bureaux régionaux et 125 services extérieurs implantés aux États-Unis, en Belgique, en Chine, en Allemagne, à Singapour et au Royaume-Uni.

Avec un budget de USD 948 millions, l’Agence de la sécurité aérienne supervise une gamme diverse et complexe d’activités dans le monde entier, comprenant les certificats de sécurité de 6 110 exploitants aériens, 733 000 pilotes actifs, 1 600 fabricants approuvés, 91 000 pilotes instructeurs, 11 000 « délégués » (spécialistes du secteur), et 320 000 avions. « C’est une base clients primaire qui représente pratiquement le nombre de nos clients » fait remarquer M. Sabatini.

Après l'aviation, la marine marchande: DP World est le premier opérateur mondial de terminaux portuaires à avoir obtenu en septembre 2006 la certification selon l’ISO/PAS 28000:2005, Spécifications pour les systèmes de management de la sûreté pour la chaîne d'approvisionnement. La certification concerne les deux sièges de la société, celui de Dubaï, aux Émirats Arabes Unis, et le terminal conteneurs de Djibouti, géré par DP World.

DP World, propriété du gouvernement de Dubaï, à l’intention d’appliquer l’ISO/PAS 28000 à l’ensemble de son réseau mondial qui comprend 51 terminaux dans 24 pays répartis sur cinq continents et compte près de 34 000 personnes.

« Dans un environnement législatif et réglementaire qui évolue, ISO/PAS 28000 a l’avantage de proposer des normes de sécurité cohérentes, internationalement reconnues. »

Complètement à l’opposé en termes de taille d’entreprise, Bramfood Manufacturers and Distributors, PME canadienne employant 20 personnes, est devenue, le 25 septembre 2006, la première entreprise nord-américaine certifiée ISO 22000:2005, Systèmes de management de la sécurité des denrées alimentaires — Exigences pour tout organisme appartenant à la chaîne alimentaire.

« Du fait que les chaînes d'approvisionnements se diversifient et se développent au plan international, chaque intervenant dans la chaîne alimentaire devrait suivre la norme s’il veut répondre aux exigences de sécurité toujours plus élevées en matière de denrées alimentaires. »

Les « PME devraient manifestement adopter ISO 22000:2005 pour renforcer leurs systèmes de management de la sécurité alimentaire, augmenter l’acceptabilité des produits, accroître leurs activités et pouvoir se battre contre les plus grandes entreprises. »

Note pour les rédacteurs
La certification de conformité n'est pas une exigence qui figure dans les normes ISO elles-mêmes. Celles-ci peuvent être mises en application sans certification pour les avantages qu'elles permettent à l'utilisateur d’obtenir pour lui-même et pour ses clients. Néanmoins, plusieurs milliers d'entreprises ont choisi la certification car elles perçoivent bien qu’une confirmation indépendante de la conformité est source de valeur ajoutée.
L’ISO elle-même n'assure pas de services de certification à ses normes, ne délivre pas de certificats et n’opère pas de vérification de la certification délivrée indépendamment par d'autres organismes. Elle développe des normes et des guides pour encourager le recours à de bonnes pratiques cohérentes dans les activités d'évaluation de conformité opérées dans le monde, dans l’intérêt des partenaires commerciaux, des autorités de réglementation, des utilisateurs et des consommateurs de produits et de services.