La journée d'étude était accueillie par le membre de l'ISO pour l'égypte, l'Organisation égyptienne de normalisation et de maîtrise de la qualité (EOS), avec le soutien de l'Agence suédoise pour le développement international (SIDA). Ces mêmes organisateurs ont tenu le jour suivant une séance de formation sur le thème Avoir un impact: la représentation des consommateurs dans la normalisation, avec le soutien conjoint du COPOLCO et du DEVCO, les comités de l'ISO responsables, respectivement, des questions de consommation et des pays en développement.

Deux cent personnes ont participé à ces deux manifestations, y compris les représentants de neuf pays membres de l'ISO, de Consumers International et de l'organisation régionale de normalisation AIDMO (Organisation arabe de développement industriel et des mines).

Le Secrétaire général de l'ISO, Alan Bryden, s'adressant aux participants à la journée d'étude, a déclaré que l'ISO donne une importance particulière aux modalités de la prise en compte des intérêts des consommateurs et au renforcement de la participation des pays en développement aux travaux de l'organisation.

Selon lui, dans le contexte des questions de consommation, les pays en développement ont les spécificités suivantes, qui doivent être prises en compte:

  • la nécessité de consolider leur infrastructure juridique et technique pour la protection et l'information des consommateurs;
  • la difficulté de structurer et de développer un mouvement représentatif des consommateurs qui soit un interlocuteur compétent pour sensibiliser le grand public, les autorités et participe au débat sur les règlements techniques et les normes;
  • les différences dans les modes de consommation, dans un contexte où le revenu moyen par habitant est faible et où priorité est donnée aux prix et aux produits essentiels comme les produits alimentaires, les vêtements, les appareils domestiques de base, le transport et le logement, et
  • la nécessité de se protéger contre l'importation de produits de mauvaise qualité qui peuvent être rejetés par des pays plus développés.

M. Bryden a ajouté: "Mais la mondialisation a également entraîné une importante délocalisation de la production industrielle, en particulier dans le domaine des biens de consommation. Une approche moderne de la normalisation, de bonnes liaisons avec la normalisation internationale et ses infrastructures et des pratiques industrielles fondées sur les Normes internationales constituent assurément un atout pour les pays en développement, qui leur permettra d'attirer les investissements et de participer aux appels d'offres. Ainsi, le fait de renforcer les organismes nationaux de normalisation en accentuant leur dimension de protection et d'information des consommateurs contribue au développement économique et à la compétitivité."

M. Mahmoud Eisa, Officier de liaison de l'ISO pour la région arabe et méditerranéenne et Président du "comité miroir " égyptien du COPOLCO, a annoncé le soutien de l'EOS à d'autres pays pour la création de comités miroirs du même type, en vue de créer un COPOLCO régional, un bulletin régional des consommateurs et d'autres publications régionales sur les normes relatives aux services et à la protection des consommateurs.