Accueil

Actualités

Normes ISO pour le commerce international du bois

par Clare Naden, le
Flux RSS ISO

Le bois est-il indispensable ? Pour la seule année 2015, 310 millions de mètres cubes de bois d’œuvre et 130 millions de mètres cubes de bois dur ont été utilisés, pour un montant de USD 129 milliards. La demande de bois est en progression et on fait même aujourd’hui appel à ce matériau pour la construction d’immeubles pouvant compter jusqu’à 18 étages. Étant donné la multiplicité des essences d’arbre, dont certaines proviennent de certaines régions exclusivement, la filière bois est un immense marché planétaire. Or tous les bois – et toutes les politiques d’importation – ne se valent pas. Le commerce transfrontière est donc relativement compliqué. Une gamme de normes ISO est là pour faciliter les choses.

 

Le bois d’œuvre (bois scié) est souvent utilisé dans le secteur du bâtiment en raison de ses propriétés diverses et, s’il a bénéficié d’une gestion durable, il est respectueux de l’environnement. Le commerce international du bois d’œuvre souffre du manque de systèmes de classement valables partout dans le monde. Pour y remédier, l’ISO/TC 165, comité technique chargé de la normalisation concernant les applications structurelles du bois, a élaboré une série de Normes internationales qui contribuent à lever ce type d’obstacle au commerce. En s’appuyant sur la participation d’experts de plus d’une soixantaine de pays de régions majoritairement productrices et consommatrices de bois, il a établi des cadres et des modes de faire normalisés, universellement utilisables.

L’intérêt d’un système international de classement du bois scié ?

Comme l’explique Erol Karacabeyli, Président de l’ISO/TC 165, « l’une des difficultés dans ce domaine tient à l’existence de centaines, voire de milliers de désignations pour le classement des différentes essences de bois, dont chacune a des caractéristiques mécaniques uniques. Choisir le bois qui convient le mieux pour un projet de construction donné est donc extrêmement délicat ».

« Pour remédier à cette problématique croissante et catégoriser toutes les combinaisons de sciages, l’Europe a lancé un système de classement des bois comptant une dizaine de critères. Le système n’ayant cependant pas convenu à l’industrie nord-américaine, après des années de travail et de négociation, le comité est parvenu à établir le cadre requis pour un système international de classement des sciages, acceptable par tous. »

Les normes cadres

L’objectif visé par les normes de l’ISO/TC 165 est donc le classement visuel et l’essai des propriétés mécaniques des sciages et l’établissement d’un cadre pour un système international de classement de la performance mécanique des bois résineux et des bois feuillus. Les normes en question sont notamment les suivantes : 

  • ISO 9709, Bois de structure – Classement visuel selon la résistance – Principes de base
  • ISO 12122-1, Structures en bois – Détermination des valeurs caractéristiques – Partie 1 : Exigences de base
  • ISO 12122-2, Structures en bois – Détermination des valeurs caractéristiques – Partie 2 : Bois massif
  • ISO 13910, Structure en bois – Bois classé selon la résistance – Méthodes d’essai des propriétés structurelles
  • ISO 13912, Bois de structure – Classement par machine selon la résistance – Principes de base
  • ISO 16598, Structures en bois – Classification structurelle pour bois sciés
  • ISO 18100, Structures en bois – Bois assemblé par entures multiples – Exigences de fabrication et de production*

* En cours d’élaboration

Vers une adoption internationale

Ces normes montreront leur véritable utilité lorsque tous les pays les auront adoptées au plan national. Quant à l’ISO 16598 relative à la classification structurelle des bois sciés, on s’attend à ce qu’elle soit adoptée à l’échelon mondial pour faciliter le marché de milliers de types de pièces de résineux et de feuillus.

Perspective d’avenir

L’ISO/TC 165 a de nombreux autres projets inscrits à son programme de travail. La liste comprend des Normes internationales et autres documents connexes dans les domaines suivants :

  • Bois contreplaqué
  • Méthode de contrôle vibratoire des planchers
  • Connecteurs pour constructions mixtes en bois-béton, un système hybride offrant un choix élargi aux concepteurs
  • Cadre pour vis autotaraudeuses
  • Performances structurelles à long terme pour produits dérivés du bois
  • Limite d’élasticité des connecteurs dans les structures en bois 
  • Bambou